La trajectoire belge du virus rejoint la courbe des pays qui nous entourent, la France et les Pays-Bas. Le nombre moyen de nouvelles infections au coronavirus s'élevait à 2.103 cas par jour entre le 25 et le 1er octobre, soit une augmentation de 32% par rapport à la semaine d'avant. Le 30 septembre, Sciensano a même enregistré un pic de plus de 3000 cas.

L'épidémie repart, dans tous les groupes d'âge, majoritairement parmi les 20-29 ans, suivis par les 10-19 ans, mais centrés sur les 17-19 ans. Ensuite, le nombre d'infections diminue en fonction de l'âge, mais augmente parmi les personnes de plus de 70 ans. Depuis début septembre, le nombre de nouveaux cas a décuplé dans cette tranche d'âge, affirment les porte-parole.

Cette hausse est présente dans toutes les provinces. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, les communes de Molenbeek, Schaerbeek, Bruxelles-Ville et Anderlecht sont plus touchées au point que le nombre de cas dans ces communes atteint 10% du total national de la Belgique.

77 malades sont toujours admis en moyenne chaque jour dans les hôpitaux belges, ce qui revient à une hausse de plus 21% par rapport à la semaine d'avant. Le nombre de patients en soins intensifs augmente également: pour l'instant 186 patients y sont hospitalisés, soit 38% de plus que la semaine d'avant. 52 patients soit un tiers du total sont soignés dans des hôpitaux de la région Bruxelles-Capitale, 33 à Anvers, 27 à Liège et 18 en Flandre-Orientale et dans le Hainaut.

9,4 décès par jour

Le Centre de crise déplore une hausse du nombre de décès qui a pratiquement doublé: il est passé de 4,7 à 9,4.

En fin de conférence de presse, les porte-parole ont souligné l'importance d'un fonctionnement normal des hôpitaux. Ils ont incité la population à appliquer les six règles d'or afin d'éviter une saturation des hôpitaux et d'épargner le personnel soignant, qui a déjà fourni de très gros efforts ces derniers mois.

Van Gucht et Van Laethem rappellent également que si l'on souffre d'un problème médical autre que le covid, il ne faut jamais hésiter à prendre rendez-vous. Les hôpitaux assurent toujours des soins adéquats, de qualité, et ceux-ci ont lieu dans la plus grande sécurité. "Retarder des soins peut être délétère", ont-ils souligné.

La trajectoire belge du virus rejoint la courbe des pays qui nous entourent, la France et les Pays-Bas. Le nombre moyen de nouvelles infections au coronavirus s'élevait à 2.103 cas par jour entre le 25 et le 1er octobre, soit une augmentation de 32% par rapport à la semaine d'avant. Le 30 septembre, Sciensano a même enregistré un pic de plus de 3000 cas. L'épidémie repart, dans tous les groupes d'âge, majoritairement parmi les 20-29 ans, suivis par les 10-19 ans, mais centrés sur les 17-19 ans. Ensuite, le nombre d'infections diminue en fonction de l'âge, mais augmente parmi les personnes de plus de 70 ans. Depuis début septembre, le nombre de nouveaux cas a décuplé dans cette tranche d'âge, affirment les porte-parole.Cette hausse est présente dans toutes les provinces. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, les communes de Molenbeek, Schaerbeek, Bruxelles-Ville et Anderlecht sont plus touchées au point que le nombre de cas dans ces communes atteint 10% du total national de la Belgique. 77 malades sont toujours admis en moyenne chaque jour dans les hôpitaux belges, ce qui revient à une hausse de plus 21% par rapport à la semaine d'avant. Le nombre de patients en soins intensifs augmente également: pour l'instant 186 patients y sont hospitalisés, soit 38% de plus que la semaine d'avant. 52 patients soit un tiers du total sont soignés dans des hôpitaux de la région Bruxelles-Capitale, 33 à Anvers, 27 à Liège et 18 en Flandre-Orientale et dans le Hainaut.9,4 décès par jourLe Centre de crise déplore une hausse du nombre de décès qui a pratiquement doublé: il est passé de 4,7 à 9,4. En fin de conférence de presse, les porte-parole ont souligné l'importance d'un fonctionnement normal des hôpitaux. Ils ont incité la population à appliquer les six règles d'or afin d'éviter une saturation des hôpitaux et d'épargner le personnel soignant, qui a déjà fourni de très gros efforts ces derniers mois. Van Gucht et Van Laethem rappellent également que si l'on souffre d'un problème médical autre que le covid, il ne faut jamais hésiter à prendre rendez-vous. Les hôpitaux assurent toujours des soins adéquats, de qualité, et ceux-ci ont lieu dans la plus grande sécurité. "Retarder des soins peut être délétère", ont-ils souligné.