Le débat fait rage au sujet de l'héritage de la colonisation. Patrick Dewael (Open VLD), président de la Chambre, a décidé de prendre l'initiative pour tenter d'apaiser les esprits et mettre de l'ordre. "Il est temps que la Belgique fasse la paix avec son passé colonial, écrit-il. Le parlement est le forum idéal pour mener à bien l'enquête et le débat sociétal à ce sujet. Mercredi, je discuterai avec les chefs de groipe sur la façon dont nous pourrons rassembler des experts pour mettre en place une commission de 'vérité et de réconciliation '.

Une commission de 'vérité et réconciliation', le nom vient du processus de pacification qui avait été lancé en Afrique du Sudaprès la fin de l'apartheid.

Ecolo souligne qu'une résolution éanant de son grouoe proposait cela. Le 30 juin prochain, l'Histoire célébrera le 60e anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo, un événement qui mettait fin à l'une de pages les plus polémiques de l'histoire de la Belgique. Aujourd'hui, il ne fait pas de doute pour les écologistes qu'un travail de mémoire autour de cette période et de ses conséquences actuelles est nécessaire afin de permettre à la Belgique de vivre sainement avec son passé. C'est l'objectif d'une résolution qu'ils ont déposée au Parlement fédéral et qui a été prise en considération ce jeudi

Plus tôt dans la journée, les présidents du CD&V, Jochim Coens, et du SP.A, Conner Rousseau, avaient estimé que l'Etat belge devait présenter ses excuses au Congo. Le tout alors que les polémiques relatives au règnes du roi Léopold II faisaient des remous jusqu'au palais royal.

François De Smet, président de DéFi, se réjouit: "Je soutiens l'initiative de Patrick Dewael et m'en réjouis. Le moment est en effet venu pour la Belgique de regarder son passé colonial dans les yeux."

Ecolo annonce qu'une résolution déposée par son groupe parlementaire proposait précisément cela. "Le 30 juin prochain, l'Histoire célébrera le 60e anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo, un événement qui mettait fin à l'une de pages les plus polémiques de l'histoire de la Belgique, écrit le parti. Aujourd'hui, il ne fait pas de doute pour les écologistes qu'un travail de mémoire autour de cette période et de ses conséquences actuelles est nécessaire afin de permettre à la Belgique de vivre sainement avec son passé. C'est l'objectif d'une résolution qu'ils ont déposée au Parlement fédéral et qui a été prise en considération ce jeudi."

Simon Moutquin, député fédéral et primosignataire de la proposition de résolution explique: "Les réflexions liées à l'approche de cette date anniversaire rejoignent la question du racisme structurel mise à l'agenda par la mort tragique de George Floyd. Le débat sur les nombreuses traces du passé colonial de la Belgique dans nos rues ressurgit (enfin) de la même manière que celui de l'apprentissage de ce passé dans nos écoles. Nous devons structurer le débat pour que cette indignation ne soit pas un feu de paille, mais débouche sur une vraie prise de conscience collective et des changements structurels".

C'est dans cet objectif qu'il apparaît aux écologistes qu'une réflexion scientifique profonde sur le passé colonial de la Belgique, initiée par le parlement fédéral, est nécessaire: "J'entends depuis quelques jours des excuses de responsables politiques d'autre partis. Elles sont importantes, mais elle ne peuvent être juste des réactions ponctuelles à une actualité brulante, nous souhaitons qu'elles soient les conclusions d'un travail objectivé." ajoute Simon Moutquin. C'est dans ce sens qu'Ecolo/Groen a déposé la proposition de résolution qui a été prise en considération hier jeudi à la Chambre."

Le débat fait rage au sujet de l'héritage de la colonisation. Patrick Dewael (Open VLD), président de la Chambre, a décidé de prendre l'initiative pour tenter d'apaiser les esprits et mettre de l'ordre. "Il est temps que la Belgique fasse la paix avec son passé colonial, écrit-il. Le parlement est le forum idéal pour mener à bien l'enquête et le débat sociétal à ce sujet. Mercredi, je discuterai avec les chefs de groipe sur la façon dont nous pourrons rassembler des experts pour mettre en place une commission de 'vérité et de réconciliation '.Une commission de 'vérité et réconciliation', le nom vient du processus de pacification qui avait été lancé en Afrique du Sudaprès la fin de l'apartheid.Ecolo souligne qu'une résolution éanant de son grouoe proposait cela. Le 30 juin prochain, l'Histoire célébrera le 60e anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo, un événement qui mettait fin à l'une de pages les plus polémiques de l'histoire de la Belgique. Aujourd'hui, il ne fait pas de doute pour les écologistes qu'un travail de mémoire autour de cette période et de ses conséquences actuelles est nécessaire afin de permettre à la Belgique de vivre sainement avec son passé. C'est l'objectif d'une résolution qu'ils ont déposée au Parlement fédéral et qui a été prise en considération ce jeudiPlus tôt dans la journée, les présidents du CD&V, Jochim Coens, et du SP.A, Conner Rousseau, avaient estimé que l'Etat belge devait présenter ses excuses au Congo. Le tout alors que les polémiques relatives au règnes du roi Léopold II faisaient des remous jusqu'au palais royal.François De Smet, président de DéFi, se réjouit: "Je soutiens l'initiative de Patrick Dewael et m'en réjouis. Le moment est en effet venu pour la Belgique de regarder son passé colonial dans les yeux."Ecolo annonce qu'une résolution déposée par son groupe parlementaire proposait précisément cela. "Le 30 juin prochain, l'Histoire célébrera le 60e anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo, un événement qui mettait fin à l'une de pages les plus polémiques de l'histoire de la Belgique, écrit le parti. Aujourd'hui, il ne fait pas de doute pour les écologistes qu'un travail de mémoire autour de cette période et de ses conséquences actuelles est nécessaire afin de permettre à la Belgique de vivre sainement avec son passé. C'est l'objectif d'une résolution qu'ils ont déposée au Parlement fédéral et qui a été prise en considération ce jeudi."Simon Moutquin, député fédéral et primosignataire de la proposition de résolution explique: "Les réflexions liées à l'approche de cette date anniversaire rejoignent la question du racisme structurel mise à l'agenda par la mort tragique de George Floyd. Le débat sur les nombreuses traces du passé colonial de la Belgique dans nos rues ressurgit (enfin) de la même manière que celui de l'apprentissage de ce passé dans nos écoles. Nous devons structurer le débat pour que cette indignation ne soit pas un feu de paille, mais débouche sur une vraie prise de conscience collective et des changements structurels". C'est dans cet objectif qu'il apparaît aux écologistes qu'une réflexion scientifique profonde sur le passé colonial de la Belgique, initiée par le parlement fédéral, est nécessaire: "J'entends depuis quelques jours des excuses de responsables politiques d'autre partis. Elles sont importantes, mais elle ne peuvent être juste des réactions ponctuelles à une actualité brulante, nous souhaitons qu'elles soient les conclusions d'un travail objectivé." ajoute Simon Moutquin. C'est dans ce sens qu'Ecolo/Groen a déposé la proposition de résolution qui a été prise en considération hier jeudi à la Chambre."