Le secteur culturel réclamait auprès du ministre la convocation urgente d'un nouveau Codeco et l'annulation des mesures visant le secteur culturel, mais le ministre Vandenbroucke a rejeté cette demande, selon Philippe Degeneffe, président de la Fédération des employeurs des arts de la scène (FEAS), présent à cette réunion.

"Le ministre Vandenbroucke ne veut pas bouger d'un iota", déplore M. Degeneffe, contacté par Belga. "Les théâtres vont devoir continuer à travailler dans l'illégalité...".

Selon le président de la FEAS, le ministre Vandenbroucke aurait juste évoqué la possibilité de rouvrir progressivement les salles de spectacle à une date encore indéterminée, et ce sous quatre conditions: le porte du masque, le CST pour le public, des distanciations sociales et de bonnes conditions d'aération dans les salles.

"Ce sont des conditions qui sont pires que toutes celles que l'on a connues jusqu'à présent!", oppose M. Degeneffe.

Face à l'attitude affichée mardi par le ministre Vandenbroucke, la FEAS, l'Upact (qui représente les travailleurs du monde artistique), l'association Court Circuit (organisateurs de concerts) et la Fédération de la Culture Indépendante (FCI) ont décidé mardi "d'arrêter" la concertation avec le cabinet du ministre jusqu'à l'annonce formelle de la révision des mesures du 22 décembre dernier.

Le secteur poursuivra d'ici là ses "actions de résistance", en restant ouverts au public, ainsi que ses actions entamées devant la justice.

Dans un communiqué, le ministre Vandenbroucke parle de son côté d'une "concertation constructive" avec le secteur culturel et évoque un "plan par étapes" pour une reprise des activités culturelles.

"A condition que l'épidémie s'avère maîtrisable et qu'il ne faille pas s'attendre à un engorgement du système de soins, le ministre Vandenbroucke proposera au Comité de concertation de décider à très court terme d'un socle minimum pour les activités et événements culturels avec un public assis qui se déroulent à l'intérieur, et d'un plan par étapes qui part de ce socle."

Pour M. Vandenbroucke, ce "plan par étapes doit donner au secteur une réelle perspective vers une véritable réouverture pour l'ensemble du secteur, lui permettant de jouer son rôle crucial dans notre société".

Le ministre a proposé aux acteurs culturels de les revoir le 4 janvier prochain. "Dans les jours qui suivent, lorsque la situation épidémiologique le permettra et en vue de créer des perspectives réelles, le Comité de concertation pourra ainsi prendre de nouvelles décisions", conclut le ministre.

Le secteur culturel réclamait auprès du ministre la convocation urgente d'un nouveau Codeco et l'annulation des mesures visant le secteur culturel, mais le ministre Vandenbroucke a rejeté cette demande, selon Philippe Degeneffe, président de la Fédération des employeurs des arts de la scène (FEAS), présent à cette réunion."Le ministre Vandenbroucke ne veut pas bouger d'un iota", déplore M. Degeneffe, contacté par Belga. "Les théâtres vont devoir continuer à travailler dans l'illégalité...". Selon le président de la FEAS, le ministre Vandenbroucke aurait juste évoqué la possibilité de rouvrir progressivement les salles de spectacle à une date encore indéterminée, et ce sous quatre conditions: le porte du masque, le CST pour le public, des distanciations sociales et de bonnes conditions d'aération dans les salles. "Ce sont des conditions qui sont pires que toutes celles que l'on a connues jusqu'à présent!", oppose M. Degeneffe. Face à l'attitude affichée mardi par le ministre Vandenbroucke, la FEAS, l'Upact (qui représente les travailleurs du monde artistique), l'association Court Circuit (organisateurs de concerts) et la Fédération de la Culture Indépendante (FCI) ont décidé mardi "d'arrêter" la concertation avec le cabinet du ministre jusqu'à l'annonce formelle de la révision des mesures du 22 décembre dernier. Le secteur poursuivra d'ici là ses "actions de résistance", en restant ouverts au public, ainsi que ses actions entamées devant la justice. Dans un communiqué, le ministre Vandenbroucke parle de son côté d'une "concertation constructive" avec le secteur culturel et évoque un "plan par étapes" pour une reprise des activités culturelles. "A condition que l'épidémie s'avère maîtrisable et qu'il ne faille pas s'attendre à un engorgement du système de soins, le ministre Vandenbroucke proposera au Comité de concertation de décider à très court terme d'un socle minimum pour les activités et événements culturels avec un public assis qui se déroulent à l'intérieur, et d'un plan par étapes qui part de ce socle." Pour M. Vandenbroucke, ce "plan par étapes doit donner au secteur une réelle perspective vers une véritable réouverture pour l'ensemble du secteur, lui permettant de jouer son rôle crucial dans notre société". Le ministre a proposé aux acteurs culturels de les revoir le 4 janvier prochain. "Dans les jours qui suivent, lorsque la situation épidémiologique le permettra et en vue de créer des perspectives réelles, le Comité de concertation pourra ainsi prendre de nouvelles décisions", conclut le ministre.