Les ministres de l'Énergie et du Climat se sont réunis ce vendredi après-midi en visioconférence pour examiner une proposition de compromis déposée par le ministre wallon Philippe Henry, qui préside actuellement la Commission nationale Climat (CNC). Le but est de rapprocher les engagements de la Belgique et de ses régions avec les ambitions récemment rehaussées de la Commission européenne en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES).

"À cette occasion, la présidence de la CNC a pris acte de l'accord intervenu ce jeudi au sein du gouvernement flamand, lequel doit faire l'objet d'un examen technique plus approfondi avant de pouvoir envisager un accord intra-belge", a-t-on appris auprès du cabinet de M. Henry (Ecolo).

Sa collègue fédérale, Zakia Khattabi (Ecolo), s'était dite, plus tôt en matinée, "déçue" de cet accord flamand qui, malgré une ambition plus élevée que celle affichée jusqu'ici par le nord du pays, "reste largement en deçà de ce que l'Europe demande".

Les ministres ont convenu d'organiser ce lundi une réunion technique pour analyser plus en détails les textes en présence et leur articulation, avant de se revoir mardi entre ministres dans le cadre de la COP26 à Glasgow (Ecosse).

Les ministres de l'Énergie et du Climat se sont réunis ce vendredi après-midi en visioconférence pour examiner une proposition de compromis déposée par le ministre wallon Philippe Henry, qui préside actuellement la Commission nationale Climat (CNC). Le but est de rapprocher les engagements de la Belgique et de ses régions avec les ambitions récemment rehaussées de la Commission européenne en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES). "À cette occasion, la présidence de la CNC a pris acte de l'accord intervenu ce jeudi au sein du gouvernement flamand, lequel doit faire l'objet d'un examen technique plus approfondi avant de pouvoir envisager un accord intra-belge", a-t-on appris auprès du cabinet de M. Henry (Ecolo). Sa collègue fédérale, Zakia Khattabi (Ecolo), s'était dite, plus tôt en matinée, "déçue" de cet accord flamand qui, malgré une ambition plus élevée que celle affichée jusqu'ici par le nord du pays, "reste largement en deçà de ce que l'Europe demande". Les ministres ont convenu d'organiser ce lundi une réunion technique pour analyser plus en détails les textes en présence et leur articulation, avant de se revoir mardi entre ministres dans le cadre de la COP26 à Glasgow (Ecosse).