Newton en tenait la nature : Le travail est le produit de la force déployée changeant un état de chose.

Aujourd'hui, dans le cadre "Economie = Commerce ʘ Monnaie ʘ Croissance" ; nous retrouvons cette règle, car le travail est la force à déployer pour faire commerce afin de recevoir monnaie et créer croissance (qui engendrera commerce et cetera).

Il n'y a pas d'alternative dixit Thatcher ! Cette marâtre du siècle passé aurait-elle raison ?

Selon Kongfuzi, voici l'alternative : "Avoir un métier et ne jamais plus travailler" !

Et d'après vous, le sens de l'humain se trouve-t-il dans la croissance qu'il génère selon le dogme libéral ou dans le plaisir qu'il trouve à vivre ?

"Avoir un métier et ne jamais plus travailler" !

"- T'entends ? Le cercueil de Margaret grince !!!

- Ben ça doit être la rouille".

Certes, la vioque d'acier était plus près d'une chose que d'une femme, mais est-ce une raison pour contraindre le monde à cet état ?

Prenons le cas des hommes et femmes politiques...

Travaillent-ils ? Pourquoi ?

Ont-ils un métier ?

Sans faire de démagogie, font-ils commerce de leurs idées, de leurs relations ?

La gestion de la citée est-elle partie du secteur marchand ?

Si oui,

- Il est normal de draguer l'électeur en promettant des accommodements raisonnables à n'importe quel mouvement religieux.

- Il est normal de promettre des postes à ses frères et soeurs, ses collaborateur ses thuriféraires.

- Il est normal d'y faire fortune, de s'y accrocher, de transmettre ses prébendes à sa progéniture.

Si non...

- Il est normal de porter un message ou un projet le temps nécessaire pour produire un fruit.

- Une rémunération y est liée, mais pas dix à quarante fois (ou plus) supérieure à celle que perçoivent la moyenne des citoyens.

- A quoi sert de prendre racine à un poste et d'y rester alors même que l'on n'a plus d'idée ni de vision?

- La politique serait un métier, pas un travail marchand !

Alors,

A quand un scrutin qui donne le pouvoir pour deux législatures maximum ?

A quand une interphase entre législatures où ne seraient traitées que les affaires courantes ?

(Une enquête serait menée sur tous les élus pendant cette interphase*)

A quand une surveillance des patrimoines des mandataires ?

A quand une limitation du patrimoine de tout un chacun ?

A quand une limitation du patrimoine des sociétés ?

A quand une justice totalement indépendante du politique (qu'a-t-on besoin d'une commission d'enquête lorsque l'on a des juges ?!)

*A quand un pouvoir supplémentaire dont les membres seraient tirés au sort et sélectionnés sur base anonyme, chargé de la surveillance des patrimoines et des relations entre élus et lobbies ?

"- Oui mais si la politique veut obéir au culte de l'économie ?

- Alors il ne faut pas se plaindre des conséquences immanentes au libéralisme ; Il y aura alors un tout petit nombre de privilégiés pour une majorité écrasante de pauvres.

- Communiste !

- Mmh..., serait-ce cela le communisme ?

"Se choisir un métier pour ne plus avoir à travailler ?"

Serait-ce ça la solution... ?

- Hoooo ! La bière de Maggy a cédé !

- Rien n'est éternel ... pas même l'inox".

Newton en tenait la nature : Le travail est le produit de la force déployée changeant un état de chose.Aujourd'hui, dans le cadre "Economie = Commerce ʘ Monnaie ʘ Croissance" ; nous retrouvons cette règle, car le travail est la force à déployer pour faire commerce afin de recevoir monnaie et créer croissance (qui engendrera commerce et cetera).Il n'y a pas d'alternative dixit Thatcher ! Cette marâtre du siècle passé aurait-elle raison ?Selon Kongfuzi, voici l'alternative : "Avoir un métier et ne jamais plus travailler" !Et d'après vous, le sens de l'humain se trouve-t-il dans la croissance qu'il génère selon le dogme libéral ou dans le plaisir qu'il trouve à vivre ? "- T'entends ? Le cercueil de Margaret grince !!! - Ben ça doit être la rouille".Certes, la vioque d'acier était plus près d'une chose que d'une femme, mais est-ce une raison pour contraindre le monde à cet état ?Prenons le cas des hommes et femmes politiques...Travaillent-ils ? Pourquoi ?Ont-ils un métier ?Sans faire de démagogie, font-ils commerce de leurs idées, de leurs relations ?La gestion de la citée est-elle partie du secteur marchand ?Si oui, - Il est normal de draguer l'électeur en promettant des accommodements raisonnables à n'importe quel mouvement religieux.- Il est normal de promettre des postes à ses frères et soeurs, ses collaborateur ses thuriféraires.- Il est normal d'y faire fortune, de s'y accrocher, de transmettre ses prébendes à sa progéniture.Si non...- Il est normal de porter un message ou un projet le temps nécessaire pour produire un fruit.- Une rémunération y est liée, mais pas dix à quarante fois (ou plus) supérieure à celle que perçoivent la moyenne des citoyens.- A quoi sert de prendre racine à un poste et d'y rester alors même que l'on n'a plus d'idée ni de vision?- La politique serait un métier, pas un travail marchand !Alors, A quand un scrutin qui donne le pouvoir pour deux législatures maximum ?A quand une interphase entre législatures où ne seraient traitées que les affaires courantes ?(Une enquête serait menée sur tous les élus pendant cette interphase*)A quand une surveillance des patrimoines des mandataires ?A quand une limitation du patrimoine de tout un chacun ?A quand une limitation du patrimoine des sociétés ?A quand une justice totalement indépendante du politique (qu'a-t-on besoin d'une commission d'enquête lorsque l'on a des juges ?!)*A quand un pouvoir supplémentaire dont les membres seraient tirés au sort et sélectionnés sur base anonyme, chargé de la surveillance des patrimoines et des relations entre élus et lobbies ?"- Oui mais si la politique veut obéir au culte de l'économie ?- Alors il ne faut pas se plaindre des conséquences immanentes au libéralisme ; Il y aura alors un tout petit nombre de privilégiés pour une majorité écrasante de pauvres.- Communiste !- Mmh..., serait-ce cela le communisme ? "Se choisir un métier pour ne plus avoir à travailler ?"Serait-ce ça la solution... ?- Hoooo ! La bière de Maggy a cédé !- Rien n'est éternel ... pas même l'inox".