Autrement dit, les estimations faites pour 2024 partent du principe qu'aucune nouvelle initiative ne serait prise sous cette législature, ce qui est hautement improbable", a-t-elle ajouté, avant d'appeler à "avancer dans la formation d'un nouveau gouvernement fédéral".

Selon les prévisions publiées par les médias, le déficit budgétaire devrait s'approcher des 12 milliards d'euros en 2024. Ces chiffres ne sont toutefois pas stabilisés et doivent encore faire l'objet d'une validation lors d'une réunion des experts du comité prévue dans la journée, a souligné la ministre.

"Notre pays devra faire face dans les années à venir à des défis budgétaires importants; en particulier ceux liés au vieillissement de la population. Comme annoncé à plusieurs reprises, les incertitudes économiques ainsi que des nouveaux effets volumes en dépenses sociales expliquent la dégradation de la trajectoire budgétaire. Nous savons d'emblée que les dépenses en pension et en maladie-invalidité afficheront une hausse significative", a-t-elle indiqué dans un premier commentaire.

"Seule une politique de réduction des déficits à long terme couplée au soutien de notre économie et à une reprise des investissements stratégiques est viable pour notre pays. Il est donc plus que nécessaire d'avancer dans la formation d'un nouveau gouvernement fédéral afin de ne pas hypothéquer les résultats déjà engrangés mais surtout de faire face aux défis qui s'imposent à nous", a ajouté la ministre en affaires courantes.

Cette dernière a précisé qu'elle attendrait le rapport définitivement adopté par les experts du comité pour faire d'autres commentaires.

Après la publication des chiffres, le ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld), a lui aussi plaidé pour qu'un gouvernement fédéral soit rapidement mis sur pied. Le libéral flamand est favorable à une coalition associant les libéraux, les socialistes et la N-VA, mais excluant les écologistes.