Il s'agirait d'un Algérien âgé d'une trentaine d'années, a priori en séjour irrégulier sur le territoire belge, selon une information des médias Sudinfo et Het Nieuwsblad non confirmée à ce stade. Une communication plus détaillée du parquet de Bruxelles est attendue mercredi en fin de matinée.

Avisé des faits mardi, le parquet de Bruxelles a immédiatement ordonné divers devoirs d'enquête. Il a notamment confié l'enquête au Comité P, le Comité permanent de contrôle des services de police. Il a, de plus, requis la saisie des images de vidéo-surveillance du complexe cellulaire, de même que celles de l'arrestation.

La cause de la mort reste à déterminer. Une autopsie sera réalisée mercredi par un médecin légiste. Ce dernier est descendu mardi sur les lieux du décès avec un magistrat du parquet et le comité P.

L'enquête est en cours

L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes ayant entouré le décès de cet homme.

Le motif de l'interpellation de la victime n'a pas été précisé pour le moment. Il faisait l'objet d'une arrestation administrative qui peut entraîner une privation de liberté de maximum 12 heures, a confirmé Stéphanie Lagasse, porte-parole du parquet de Bruxelles.

"Mes pensées vont à sa famille et ses proches", a tweeté en fin de journée le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close. "J'ai eu contact avec le parquet de Bruxelles, le chef de corps et mon collègue @Doulkeridis (le bourgmestre d'Ixelles Christos Doulkeridis, NDLR). Le procureur du roi a confirmé, comme nous tous, sa volonté de faire toute la clarté sur ce décès", a-t-il ajouté.

Le second décès en quelques jours

Il s'agit du second décès en quelques jours d'un homme arrêté par la police en région bruxelloise. Le samedi 9 janvier dernier, Ibrahima B., un jeune de 23 ans, était décédé d'un arrêt cardiaque après son interpellation par la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere).

Il s'agirait d'un Algérien âgé d'une trentaine d'années, a priori en séjour irrégulier sur le territoire belge, selon une information des médias Sudinfo et Het Nieuwsblad non confirmée à ce stade. Une communication plus détaillée du parquet de Bruxelles est attendue mercredi en fin de matinée.Avisé des faits mardi, le parquet de Bruxelles a immédiatement ordonné divers devoirs d'enquête. Il a notamment confié l'enquête au Comité P, le Comité permanent de contrôle des services de police. Il a, de plus, requis la saisie des images de vidéo-surveillance du complexe cellulaire, de même que celles de l'arrestation. La cause de la mort reste à déterminer. Une autopsie sera réalisée mercredi par un médecin légiste. Ce dernier est descendu mardi sur les lieux du décès avec un magistrat du parquet et le comité P. L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes ayant entouré le décès de cet homme. Le motif de l'interpellation de la victime n'a pas été précisé pour le moment. Il faisait l'objet d'une arrestation administrative qui peut entraîner une privation de liberté de maximum 12 heures, a confirmé Stéphanie Lagasse, porte-parole du parquet de Bruxelles. "Mes pensées vont à sa famille et ses proches", a tweeté en fin de journée le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close. "J'ai eu contact avec le parquet de Bruxelles, le chef de corps et mon collègue @Doulkeridis (le bourgmestre d'Ixelles Christos Doulkeridis, NDLR). Le procureur du roi a confirmé, comme nous tous, sa volonté de faire toute la clarté sur ce décès", a-t-il ajouté. Il s'agit du second décès en quelques jours d'un homme arrêté par la police en région bruxelloise. Le samedi 9 janvier dernier, Ibrahima B., un jeune de 23 ans, était décédé d'un arrêt cardiaque après son interpellation par la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere).