Pourquoi avoir déplacé les arrêts situés sous la gare du Nord?

Nous avons déplacé les arrêts parce que De Lijn les a déplacés. En interne, un sentiment d'injustice émanait de la part de notre personnel. Nos chauffeurs se demandaient pourquoi ils devaient encore desservir cet arrêt situé sous la gare et pas les chauffeurs de De Lijn. Nous voulons traiter de façon parfaitement équitable nos clients et notre personnel.
...

Nous avons déplacé les arrêts parce que De Lijn les a déplacés. En interne, un sentiment d'injustice émanait de la part de notre personnel. Nos chauffeurs se demandaient pourquoi ils devaient encore desservir cet arrêt situé sous la gare et pas les chauffeurs de De Lijn. Nous voulons traiter de façon parfaitement équitable nos clients et notre personnel. Toute personne qui transite à la gare du Nord peut se rendre compte que la situation n'est pas acceptable. Ce n'est pas accueillant, ni pour les personnes qui sont dans la gare, ni pour celles qui la fréquentent. C'est surtout une question d'hygiène, il y a des déchets, des odeurs,... tous ces éléments ne rendent pas l'endroit confortable. Nous avons décidé de suivre la décision de De Lijn car c'était mieux pour tout le monde d'attendre à l'extérieur tant que l'endroit n'était pas plus propice à une desserte de transport public. L'arrêt restera à l'extérieur tant que la situation ne s'améliorera pas.Nous ne visons absolument pas les migrants. Il n'y a pas de peur des maladies chez nos chauffeurs. A ma connaissance, ce n'est pas l'argument invoqué. Nous voulons par-dessus tout exploiter nos transports publics dans des conditions qui soient confortables pour nos clients et notre personnel. Il nous a donc semblé plus logique de suivre temporairement la décision de De Lijn. C'est maintenant aux autorités à prendre des mesures. Nous n'avons pas à leur dicter ce qui doit être mis en oeuvre, ils ont suffisamment de responsabilités pour juger par eux-mêmes. Lire aussi la réaction de la société De Lijn: Bruxelles-Nord: "Les chauffeurs n'ont pas peur des maladies, comme la tuberculose, la gale, ou la malaria"