La plateforme bruxelloise de réservation de vaccination Bruvax permet de déduire le statut vaccinal de n'importe quel Bruxellois grâce au numéro de registre national, ont rapporté mardi Le Soir et De Tijd, citant l'association Charta 21.

Interrogé à la Chambre par Nathalie Gilson (MR), Mathieu Michel a estimé que "ce site semble être très largement en dessous des standards de sécurité nécessaire au regard de la sensibilité des données auxquelles il donne accès." "Personne ne devrait se permettre de traiter les données personnelles avec légèreté voire avec autant d'amateurisme", a-t-il ajouté. Le secrétaire d'État a aussi indiqué qu'il comptait solliciter l'Autorité de Protection des Données (APD).

Bruvax adapté vendredi

Selon la responsable Covid de la Cocom, Inge Neven, il n'y a pas eu de faute de la plateforme de vaccination Bruvax pour l'inscription des candidats bruxellois au vaccin contre le coronavirus. Une nouvelle version destinée à faciliter les inscriptions a été activée vendredi, a-t-elle annoncé, interrogée par la plate-forme multimedia Bx1. "Selon les avis juridiques que nous avons reçus, il n'y a pas eu de faute", a ainsi répondu Inge Neven dans "Toujours + d'Actu". "Le numéro de registre national d'un citoyen ne peut être utilisé sans son accord", a-telle ajouté.

Mme Neven a rappelé qu'au début de la campagne de vaccination, il a été choisi de faciliter la prise de rendez-vous en raison des difficultés que beaucoup rencontraient dans la procédure d'inscription, en autorisant par exemple les pharmaciens à aider les personnes qui le souhaitaient à inscrire celles-ci, avec leur carte d'identité."

Toujours selon Mme Neven, une nouvelle version destinée à faciliter les inscriptions pour tous les publics pour la troisième dose sera prête dès vendredi. Il a été tenu compte des remarques, mais la Cocom veut aussi s'assurer que les citoyens aient plus de facilité. Il sera donc possible, pour les gens de choisir eux-mêmes s'ils s'inscrivent pour une première dose, une deuxième dose ou une dose de rappel.

La plateforme bruxelloise de réservation de vaccination Bruvax permet de déduire le statut vaccinal de n'importe quel Bruxellois grâce au numéro de registre national, ont rapporté mardi Le Soir et De Tijd, citant l'association Charta 21. Interrogé à la Chambre par Nathalie Gilson (MR), Mathieu Michel a estimé que "ce site semble être très largement en dessous des standards de sécurité nécessaire au regard de la sensibilité des données auxquelles il donne accès." "Personne ne devrait se permettre de traiter les données personnelles avec légèreté voire avec autant d'amateurisme", a-t-il ajouté. Le secrétaire d'État a aussi indiqué qu'il comptait solliciter l'Autorité de Protection des Données (APD). Selon la responsable Covid de la Cocom, Inge Neven, il n'y a pas eu de faute de la plateforme de vaccination Bruvax pour l'inscription des candidats bruxellois au vaccin contre le coronavirus. Une nouvelle version destinée à faciliter les inscriptions a été activée vendredi, a-t-elle annoncé, interrogée par la plate-forme multimedia Bx1. "Selon les avis juridiques que nous avons reçus, il n'y a pas eu de faute", a ainsi répondu Inge Neven dans "Toujours + d'Actu". "Le numéro de registre national d'un citoyen ne peut être utilisé sans son accord", a-telle ajouté.Mme Neven a rappelé qu'au début de la campagne de vaccination, il a été choisi de faciliter la prise de rendez-vous en raison des difficultés que beaucoup rencontraient dans la procédure d'inscription, en autorisant par exemple les pharmaciens à aider les personnes qui le souhaitaient à inscrire celles-ci, avec leur carte d'identité." Toujours selon Mme Neven, une nouvelle version destinée à faciliter les inscriptions pour tous les publics pour la troisième dose sera prête dès vendredi. Il a été tenu compte des remarques, mais la Cocom veut aussi s'assurer que les citoyens aient plus de facilité. Il sera donc possible, pour les gens de choisir eux-mêmes s'ils s'inscrivent pour une première dose, une deuxième dose ou une dose de rappel.