Selon l'organisation, l'argent des impôts devrait plutôt servir à l'accompagnement pédagogique de ces statues. BYAR espère qu'il sera possible de les utiliser à des fins éducatives, en coopération avec des institutions culturelles et éducatives.

L'organisation demande que l'on cesse de dégrader ou d'endommager les statues. "C'est donner du grain à moudre aux groupes qui nous dépeignent comme des vandales et des émeutiers", constate Aimé Schrauwen. BYAR veut donc nettoyer les figures vandalisées de sa propre initiative et à ses frais.

Selon l'organisation, l'argent des impôts devrait plutôt servir à l'accompagnement pédagogique de ces statues. BYAR espère qu'il sera possible de les utiliser à des fins éducatives, en coopération avec des institutions culturelles et éducatives. L'organisation demande que l'on cesse de dégrader ou d'endommager les statues. "C'est donner du grain à moudre aux groupes qui nous dépeignent comme des vandales et des émeutiers", constate Aimé Schrauwen. BYAR veut donc nettoyer les figures vandalisées de sa propre initiative et à ses frais.