Un vent favorable a permis au site d'opinion nationaliste flamand Doorbraak.be de consulter un mail dans lequel la N-VA demande à ses mandataires locaux "d'être prudents dans leur communication et leurs réactions" concernant la situation dans les maisons de repos.
...

Un vent favorable a permis au site d'opinion nationaliste flamand Doorbraak.be de consulter un mail dans lequel la N-VA demande à ses mandataires locaux "d'être prudents dans leur communication et leurs réactions" concernant la situation dans les maisons de repos. Les maisons de repos affichent en effet des chiffres inquiétants sur les infections au coronavirus et le manque cruel d'équipements de protection pour le personnel soignant. Wouter Beke (CD&V), le ministre flamand du Bien-être, a dû faire face des critiques au Parlement flamand mercredi dernier. L'e-mail- dont l'existence a également été confirmée à Knack - est interprété par Doorbraak.be comme une question visant à épargner Beke et le gouvernement flamand.Après, il n'est pas exceptionnel - et pas non plus imprudent - que les partis politiques tentent de rationaliser leur communication. Ils le font tous. Surtout pour un parti comme la N-VA, cela peut être une nécessité. En juin 2014, les députés nouvellement élus de ce parti ont même reçu des directives de communication sur les Diables rouges, lors de la Coupe du monde au Brésil. Les membres de la N-VA étaient autorisés à dire que "les Diables Rouges jouaient bien".Toutefois, le courrier qui a fuité s'inscrit dans un contexte différent de celui de 2010 et 2014. À cette époque, la N-VA cartonnait. Depuis, le parti et son président ont perdu cette prépondérance. Fin novembre de l'année dernière, Knack titrait "Où est passé Bart De Wever ?" "Bart De Wever a perdu sa position dominante et il ne la retrouvera jamais", déclare le politologue Carl Devos (Université de Gand). "Une fois perdue, ce genre de choses ne revient jamais. Ce sera également le cas pour De Wever, même s'il a maintenu son état de grâce pendant une période exceptionnellement longue". Devos en voit la preuve dans la candidature de Bart De Wever au poste de Premier ministre d'un gouvernement fédéral. "Il l'a fait pour revenir à la table des négociations. Il s'est senti exclu et a perdu son sang-froid habituel. Pour ne citer qu'un exemple : dans les tentatives de formation d'un gouvernement fédéral, c'est le président du PS, Paul Magnette, qui a fait une proposition, à la suite de laquelle son homologue du sp.a, Conner Rousseau, a pris contact avec la N-VA".L'impact déclinant de Bart De Wever se manifeste également dans la crise du coronavirus, estime Devos. "Ses critiques contre les mesures du gouvernement fédéral ne seront pas suivies par les autres bourgmestres. Il s'agit plutôt d'un mauvais signal qui rend difficile une application efficace. Peut-être que De Wever a raison. Mais ses interventions n'ont plus l'effet du bon vieux temps, quand ses paroles auraient été un signal pour beaucoup de changer d'approche." Devos trouve excessif de dire que De Wever est un "has been qui ne s'en rend pas encore compte", comme on a pu l'entendre au sein de la N-VA après l'été. Il reste très pertinent, bien sûr, et deuxièmement : De Wever est suffisamment conscient qu'il n'a plus l'attrait du passé".Ce qui s'applique à De Wever s'applique également à son parti. Parce qu'aucun autre parti dans ce pays ne se confond autant avec son président. "La N-VA est en mauvaise posture depuis un certain temps déjà", explique Devos. Le parti n'a jamais trouvé de réponse à la défaite électorale du 26 mai dernier. Le malaise actuel a commencé lorsque la N-VA a quitté le gouvernement Michel en décembre 2018 en raison du pacte de l'ONU sur les migrations. Depuis l'échec de la formation d'un gouvernement d'urgence, il a maintenant complètement perdu le contrôle. La N-VA s'est donc retrouvée dans une situation ambiguë. Elle ne soutient pas le gouvernement de Wilmès, mais participe à sa politique tout en s'y opposant. Cela rend difficile pour les gens d'évaluer ce que le parti veut vraiment".Le contraste avec les autres partis est particulièrement grand, affirme Devos. D'une part, l'Open VLD et le CD&V peuvent pleinement tirer la carte de gouvernants responsables, leurs ministres de la Santé Maggie De Block et de l'Intérieur Pieter De Crem en tête. D'autre part, il y a le PVDA et le Vlaams Belang, qui sont tout à fait à l'opposition. Il est remarquable que le SP.A, cependant dans la même situation que la N-VA, réussisse, par l'intermédiaire du président Rousseau, à communiquer clairement à ce sujet".Le politologue flamand Bart Maddens (KUL) constate également que la N-VA a du mal à gérer sa position. "Demandez dans les rues flamandes qui gère cette crise. Pensez-vous qu'on dira Jan Jambon ? Je ne pense pas. L'homme de la rue dira Sophie Wilmès, De Block, De Crem et de plus en plus Philippe De Backer". Selon Maddens, la N-VA est frustrée de ne pas pouvoir se montrer au niveau fédéral, comme le parti l'a fait lors de la crise des réfugiés de 2015 ou après les attentats de 2016. "C'est alors que Theo Francken et Jan Jambon, en tant que secrétaire d'État à l'asile et aux migrations et ministre de l'intérieur, ont pu asseoir leur réputation de bons gouvernants."Le parti est responsable de cette situation, déclare Maddens. "Ce sont les retombées de la crise de Marrekesh. Si la N-VA n'était pas sortie du gouvernement Michel, Jambon aurait peut-être fait la pluie et le beau temps en tant que ministre de l'intérieur aujourd'hui. Ce qu'ils vivent aujourd'hui est la douloureuse confirmation de l'analyse qu'ils ont faite après le 26 mai : c'était une erreur de quitter ce gouvernement".On peut se demander pourquoi la N-VA ne parvient pas à se faire une place en première ligne depuis le gouvernement flamand. Malgré la défaite électorale historique du 26 mai 2019, elle a fortement augmenté son poids au sein du gouvernement flamand. Avec "Sterke Jan" à la barre, la Flandre serait beaucoup plus affirmée, c'était la teneur. Cet air était si fort que certains avaient pitié du ministre-président sortant, Geert Bourgeois."Le gouvernement flamand a raté son départ", selon l'analyse de Devos. "Jambon l'a lui-même admis. Lors des entretiens de Noël, trois mois après son entrée en fonction, il parlait déjà de faire table rase et de seconde chance. Bien que les excellences de la N-VA ne s'en sortent pas si mal, ce gouvernement ne fonctionne pas bien. Il suffit de regarder la politique de soins qu'il a développée. Les économies seraient suivies d'investissements, mais la crise du coronavirus prouve à quel point ce gouvernement avait tort de vouloir économiser dans le domaine des soins de santé. Alors non, vous ne trouverez probablement pas beaucoup de gens qui pensent : "Qu'est-ce que la Flandre s'en sort bien".La Première ministre Sophie Wilmès (MR), pourtant frêle à côté du grand Jambon, sort du lot. Le ton et le contenu de ses discours à la nation sont appréciés. Pourtant, Devos n'est que modérément convaincu. "J'entends que sa valeur ajoutée n'est pas très grande en termes de contenu. Manifestement, elle prend plutôt la tête de la communication. C'est important, mais le fond aussi l'est". Il voit une autre différence avec Jambon. "Les critiques contre Wilmès demeurent en coulisses, ce qui n'est pas le cas des critiques contre Jambon. Prenez les réactions quand il a dit que certaines personnes doivent se remettre au travail plus rapidement. Il avait peut-être raison, certains auraient pu faire plus d'efforts pour organiser le travail en fonction des directives sur la distanciation sociale, au lieu de retomber sur des congés de maladie et du chômage temporaire".Devos explique pourquoi on s'en prend plus durement à Jambon qu'à Wilmès. "On est plus attentif à ce que dit Jambon, et je dirais même plus disposé à mal interpréter ses paroles, parce qu'il a un historique de sorties douteuses. Des 'musulmans dansants' à ses déclarations sur les demandeurs d'asile qui peuvent acheter une maison avec leurs allocations familiales. Il porte donc une part de responsabilité. Wilmès, en revanche, est plus prudente de nature. C'est à son avantage ".Cela signifie-t-il que la N-VA paie aujourd'hui sa mauvaise communication, alors que c'était sa grande force au cours de la dernière décennie ? "Ce n'est pas principalement dû à une mauvaise communication", pense Devos. "Comme je l'ai dit, Jambon a créé une atmosphère négative autour de lui avec des déclarations telles que celles sur les demandeurs d'asile qui achetaient une maison avec leurs allocations familiales ou le peu aimable "ce n'est pas toi qui vas décider ça" envers Meryem Almaci (Groen). Ce n'est pas le chef du gouvernement qui était au-dessus de la tourmente, mais le politicien qui lui-même provoquait la controverse."Ce que nous faisons nous-mêmes...Il n'y a pas que la N-VA qui souffre de la crise du coronavirus. De nos jours, le fier slogan flamand "ce que nous faisons nous-mêmes, nous le faisons mieux" n'est pas très reluisant non plus. Le flamingant Maddens est-il en deuil ? "Ah non, cela ne fait que confirmer ce que j'ai dit précédemment et ce que le Mouvement flamand sait depuis longtemps : le véritable pouvoir se trouve toujours en Belgique. Apparemment, la Flandre ne fait pas mieux que la Belgique, non. Mais puis-je suggérer qu'on ne lui donne peut-être pas sa chance? Prenez la fermeture des écoles. Cette décision a été prise à l'exemple de la France, à la demande de la Belgique francophone. La Flandre était contre, mais elle a dû plier et participer alors que l'Enseignement est une compétence flamande. Imaginez si la Flandre avait pu garder les écoles ouvertes et si les faits lui avaient donné raison - pour être clair : je ne rejoins pas l'armée de virologues de comptoir, je fais la réflexion, c'est tout - cela pourrait alimenter la demande d'autonomie."Mais Maddens ne veut pas en discuter maintenant, dit-il. Les discussions sur le communautaire ou les compétences ne sont pas pertinentes maintenant. Les politiciens s'en rendent trop peu compte, mais les gens ne s'occupent pas de tout de ça. Personne ne sait comment le gouvernement Wilmès II a été formé ni qui a trahi qui lors de la formation d'un gouvernement d'urgence. Les gens se préoccupaient déjà de l'impact de la crise du coronavirus sur leur vie. Le jeu politique classique est passé à l'arrière-plan".La N-VA n'est pas seulement dans de mauvais draps parce qu'elle est au coeur des opérations de gestion de crise, estiment les politologues. Aussi parce que le terrain de jeu sera moins favorable pour eux dans les semaines, les mois, voire les années à venir. Le besoin d'un débat approfondi sur nos structures étatiques a peut-être été rendu plus urgent par le coronavirus, mais ce débat n'aura probablement pas lieu", déclare Devos, soutenu par Maddens."Et qu'en est-il des débats sur l'identité, auxquels un Theo Francken pourrait se livrer ? Il faut déjà une crise majeure de réfugiés pour les mener. Le discours néo-libéral de la N-VA, où ils se profilent au détriment des libéraux, semble également bien violent maintenant. Oseront-ils répéter que l'on peut économiser des milliards sur le système de sécurité sociale ? Les experts savaient déjà avant la crise que cela n'était pas possible. Maintenant que cet appareil et ses structures sont utilisés en masse, tout le monde le connaît. Et pour la N-VA, qui est allergique aux nouveaux revenus, il ne sera pas amusant d'étouffer les profonds puits financiers qui sont actuellement exploités. Le budget flamand passe par les mesures de couronnement 4,1 milliards d'euros en rouge, soit dix fois plus que le budget prévu pour l'épidémie. Trouver une réponse sans nouveaux revenus ? C'est difficile alors que des partis comme le PVDA, Groen, le sp.a et même le CD&V peuvent mettre sur la table un impôt sur la fortune ".Devos conclut par ce qu'il appelle le problème de personnel de la N-VA. "Qui est encore la fine fleur de la N-VA de toute façon ? Et plus important encore : qui peut succéder à De Wever ? L'avenir du parti, comme nous l'ont appris les dernières élections, est au centre. La N-VA pourrait atténuer sa perte face au Vlaams Belang en prenant des voix des partis du centre. Depuis décembre 2018, date à laquelle elle a commis la bêtise historique de quitter le gouvernement, la N-VA a pris la sortie d'une situation où tout est en train de s'effondrer. Le parti doit donc se réinventer. Mais qui peut appliquer le pouvoir du changement à son propre parti ? De Wever ne peut plus et qui possède autant d'autorité que lui pour le faire ? Je ne vois pas qui peut remplir ses grandes chaussures.