A l'occasion de la foire de Bâle 2016 et dans le cadre de " Art Unlimited ", Hans Op de Beeck (1969) a réalisé The Collector's House, une installation monumentale de 250 m2. Son atelier est à la mesure de ses défis. Logé dans une ancienne usine de jouets, à Anderlecht, il occupe plusieurs niveaux dans lesquels travaille une équipe de...

A l'occasion de la foire de Bâle 2016 et dans le cadre de " Art Unlimited ", Hans Op de Beeck (1969) a réalisé The Collector's House, une installation monumentale de 250 m2. Son atelier est à la mesure de ses défis. Logé dans une ancienne usine de jouets, à Anderlecht, il occupe plusieurs niveaux dans lesquels travaille une équipe de six personnes à temps plein. Qui peignent, moulent, découpent, soudent, poncent... aux côtés des machines et des outils dispersés. " Parfois, après une journée de travail, je me retire au dernier étage et, durant toute la nuit, j'écris, confie le maître des lieux. Ou je peins des aquarelles de grandes dimensions. Au petit matin, après une douche, je rejoins mes assistants et travaille avec eux, peaufine, précise, jette. " Les oeuvres immersives qui ont fait sa réputation internationale, mêlent réalité et artifices en des ensembles depuis peu uniformément gris qui refusent le seul plaisir spectaculaire au profit d'un cheminement imaginaire teinté de mélancolie. Sensible à la peau des choses, l'artiste construit d'improbables fictions en jouant la carte de l'évocation silencieuse. Comme chez Vermeer et Morandi, deux de ses peintres préférés, la lumière joue le rôle principal. Ecrivain, metteur en scène, cinéaste, photographe, Hans Op de Beeck passe d'un mode opératoire à un autre en fonction du récit qu'il aborde. Cet automne, il sera l'invité du 104 à Paris et proposera au même moment la métamorphose d'une ancienne villa située derrière le musée Dhondt-Dhaenens, à Deurle (Flandre orientale), en une immense Wunderkammer, réceptacle de la précieuse bibliothèque de Jan Hoet, l'un des papes de l'art contemporain, décédé en 2014.