Comme c'est déjà le cas dans la ville d'Anvers depuis samedi, les réunions de plus de dix personnes sur l'espace public sont interdites sur tout le territoire de la province. La cellule de crise demande également qu'une distance physique suffisante soit maintenue à l'intérieur de ce groupe.

Les fêtes privées doivent également être reportées.

Les personnes âgées de plus de 12 ans devront porter un masque dans tous les "lieux publics très fréquentés".

"Ce n'est que si chacun adhère systématiquement à toutes les mesures que nous pourrons, ensemble, faire baisser fortement le nombre de contaminations dans les quatre prochaines semaines", indique la cellule de crise dirigée par la gouverneure Cathy Berx.

"Nous demandons à chacun d'être créatif pour vaincre le virus, pas pour contourner les mesures."

Respecter strictement les règles, plus sévères au niveau local, permettra d'éviter un reconfinement, justifient les autorités. "Nous voulons éviter ce scénario, tout le monde veut l'éviter à tout prix", insistent-elles.

La cellule de crise de la province s'est à nouveau réunie samedi. Le nombre de nouvelles infections y augmente en effet plus rapidement que dans le reste du pays. "Le taux de reproduction du virus, ou R0, approche de 2, ce qui indique une augmentation exponentielle du nombre d'infections", a conclu le rapport. Ce chiffre signifie qu'une personne infectée en contamine deux autres en moyenne. En comparaison, le taux s'élève à 1,45 pour la Belgique, selon les données de Sciensano.

Face aux demandes de tests de plus en plus nombreuses, la cellule de crise demande de distinguer les tests urgents de ceux qui sont motivés par des raisons personnelles, par exemple après un contact avec une personne contaminée ou en revenant de vacances.

Il est également demandé aux médecins d'entreprise d'intervenir dans le gestion des tests sur le lieu de travail.

Un certain nombre de postes de garde médicale sont renforcés avec effet immédiat pour soutenir les opérations de testing.

La cellule provinciale de crise entend par ailleurs mettre l'accent sur le respect strict des mesures nationales et locales. Les services de police locale ont été chargés d'y veiller. Les communes ont été invitées à intégrer les mesures dans leurs règlements de police pour pouvoir recourir, lorsque nécessaire, aux Sanctions Administratives Communales. La cellule de crise provinciale a également explicitement demandé aux cellules de crise locales d'éventuellement étendre l'obligation de tenir un registre, comme c'est prévu dans l'horeca, à d'autres activités telles que les centres de fitness et les salles de cinéma.

ÀWillebroek, "la récré est finie"

Tous les événements, que ce soit les fêtes de quartier, les rues fermées pour permettre aux enfants de jouer, etc., vont être annulés jusque fin août, a décidé la commune. Et il sera obligatoire de porter le masque dans l'espace public, sauf si l'on est en train de faire du sport ou de rouler à vélo.

Il y a eu récemment quelques (une dizaine) nouvelles contaminations au coronavirus dans cette commune d'environ 27.000 habitants. "Je constate qu'en dépit de nos efforts pour sensibiliser les habitants, il n'y a pas d'amélioration", indique le bourgmestre. "On doit donc aller un pas plus loin. Nos forces de sécurité vont augmenter les contrôles et seront stricts sur le respect des mesures".

Le bourgmestre se dit par ailleurs content de l'impulsion donnée par la gouverneure de province Cathy Berx."J'espère que chaque citoyen de Willebroek suivra les règles pour arrêter ensemble l'avancée du virus. Je comprends que ces nouvelles mesures soient dures pour les habitants et les associations. Nous examinons les soutiens supplémentaires que nous pouvons leur apporter", a ajouté Eddy Bevers.

Une très grande part des contaminations dans la province d'Anvers, la plus touchée de tout le pays ces dernières semaines, est en réalité concentrée dans la ville d'Anvers. Mais son bourgmestre, un autre N-VA, Bart De Wever, n'a jusqu'ici pas voulu imposer de mesure supplémentaire drastique pour endiguer la propagation dans ses quartiers.

Comme c'est déjà le cas dans la ville d'Anvers depuis samedi, les réunions de plus de dix personnes sur l'espace public sont interdites sur tout le territoire de la province. La cellule de crise demande également qu'une distance physique suffisante soit maintenue à l'intérieur de ce groupe.Les fêtes privées doivent également être reportées. Les personnes âgées de plus de 12 ans devront porter un masque dans tous les "lieux publics très fréquentés". "Ce n'est que si chacun adhère systématiquement à toutes les mesures que nous pourrons, ensemble, faire baisser fortement le nombre de contaminations dans les quatre prochaines semaines", indique la cellule de crise dirigée par la gouverneure Cathy Berx. "Nous demandons à chacun d'être créatif pour vaincre le virus, pas pour contourner les mesures." Respecter strictement les règles, plus sévères au niveau local, permettra d'éviter un reconfinement, justifient les autorités. "Nous voulons éviter ce scénario, tout le monde veut l'éviter à tout prix", insistent-elles. La cellule de crise de la province s'est à nouveau réunie samedi. Le nombre de nouvelles infections y augmente en effet plus rapidement que dans le reste du pays. "Le taux de reproduction du virus, ou R0, approche de 2, ce qui indique une augmentation exponentielle du nombre d'infections", a conclu le rapport. Ce chiffre signifie qu'une personne infectée en contamine deux autres en moyenne. En comparaison, le taux s'élève à 1,45 pour la Belgique, selon les données de Sciensano. Face aux demandes de tests de plus en plus nombreuses, la cellule de crise demande de distinguer les tests urgents de ceux qui sont motivés par des raisons personnelles, par exemple après un contact avec une personne contaminée ou en revenant de vacances. Il est également demandé aux médecins d'entreprise d'intervenir dans le gestion des tests sur le lieu de travail. Un certain nombre de postes de garde médicale sont renforcés avec effet immédiat pour soutenir les opérations de testing. La cellule provinciale de crise entend par ailleurs mettre l'accent sur le respect strict des mesures nationales et locales. Les services de police locale ont été chargés d'y veiller. Les communes ont été invitées à intégrer les mesures dans leurs règlements de police pour pouvoir recourir, lorsque nécessaire, aux Sanctions Administratives Communales. La cellule de crise provinciale a également explicitement demandé aux cellules de crise locales d'éventuellement étendre l'obligation de tenir un registre, comme c'est prévu dans l'horeca, à d'autres activités telles que les centres de fitness et les salles de cinéma. ÀWillebroek, "la récré est finie"Tous les événements, que ce soit les fêtes de quartier, les rues fermées pour permettre aux enfants de jouer, etc., vont être annulés jusque fin août, a décidé la commune. Et il sera obligatoire de porter le masque dans l'espace public, sauf si l'on est en train de faire du sport ou de rouler à vélo. Il y a eu récemment quelques (une dizaine) nouvelles contaminations au coronavirus dans cette commune d'environ 27.000 habitants. "Je constate qu'en dépit de nos efforts pour sensibiliser les habitants, il n'y a pas d'amélioration", indique le bourgmestre. "On doit donc aller un pas plus loin. Nos forces de sécurité vont augmenter les contrôles et seront stricts sur le respect des mesures". Le bourgmestre se dit par ailleurs content de l'impulsion donnée par la gouverneure de province Cathy Berx."J'espère que chaque citoyen de Willebroek suivra les règles pour arrêter ensemble l'avancée du virus. Je comprends que ces nouvelles mesures soient dures pour les habitants et les associations. Nous examinons les soutiens supplémentaires que nous pouvons leur apporter", a ajouté Eddy Bevers. Une très grande part des contaminations dans la province d'Anvers, la plus touchée de tout le pays ces dernières semaines, est en réalité concentrée dans la ville d'Anvers. Mais son bourgmestre, un autre N-VA, Bart De Wever, n'a jusqu'ici pas voulu imposer de mesure supplémentaire drastique pour endiguer la propagation dans ses quartiers.