La Commission "a reçu une série de plaintes" à propos du carnaval d'Alost et va "les examiner", mais elle n'a pas vocation à dicter à la Belgique l'éventuelle réponse légale à apporter aux comportements offensants dans le cadre de l'évènement, s'est borné à dire en milieu de journée Adalbert Jahnz, porte-parole pour les affaires intérieures.

"Il est évident que les images que l'on a vues (des chars visant les juifs, NDLR) ne devraient pas parader dans des rues européennes, 75 ans après la Shoah. La Commission est fermement opposée à toute forme d'antisémitisme", a-t-il rappelé.

Cependant, "c'est aux autorités nationales d'agir en ce qui concerne les cas individuels" comme pour le carnaval d'Alost.

La Commission "a reçu une série de plaintes" à propos du carnaval d'Alost et va "les examiner", mais elle n'a pas vocation à dicter à la Belgique l'éventuelle réponse légale à apporter aux comportements offensants dans le cadre de l'évènement, s'est borné à dire en milieu de journée Adalbert Jahnz, porte-parole pour les affaires intérieures. "Il est évident que les images que l'on a vues (des chars visant les juifs, NDLR) ne devraient pas parader dans des rues européennes, 75 ans après la Shoah. La Commission est fermement opposée à toute forme d'antisémitisme", a-t-il rappelé. Cependant, "c'est aux autorités nationales d'agir en ce qui concerne les cas individuels" comme pour le carnaval d'Alost.