C'est une première: le Premier ministre Alexander De Croo a invité les citoyens à dialoguer directement avec lui via un Facebook live, un an après le début de la crise sanitaire. "Ce soir, dressons ensemble le bilan de cette année corona. Vous avez des questions sur le corona et sur la façon de sortir notre pays de cette crise ? Suivez la discussion en direct à 20h et posez votre question !", annoncait-t-il. Durant un peu plus de 30 minutes, le Premier ministre a sélectionné des questions posées, souvent concernant les mesures contre le Covid, et y a répondu. L'intégralité des réponses de De Croo se trouve dans cette vidéo:

En attendant ce rendez-vous inédit avec les citoyens, le Premier ministre avait publié une vidéo pour faire le bilan après un an de crise sanitaire. C'est en effet le 11 mars 2020 que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déclaré officiellement une pandémie mondiale due au coronavirus.

Le virus n'a pas épargné notre pays, rappelle-t-il. "Notre pays a connue une première et une deuxième vague particulièrement intenses. Nous avons perdu plus de 22.000 de nos concitoyens." Le Premier ministre pense aux familles qui ont perdu un être cher au cours de l'année écoulée. Il a également une pensée pour les nombreux indépendants, chômeurs temporaires et jeunes touchés.

"Si nous avons su traverser cette épreuve, avec toutes ces conséquences négatives et cette lourde facture que nous avons payé, c'est parce que de nombreuses forces et énergies positives se sont également mises en marche." Il mentionne les efforts de ceux qui travaillent dans le secteur des soins de santé, mais aussi des personnes chargées de la logistique, des supermarchés et des facteurs, "pour ne citer que quelques exemples."

De Croo se tourne également vers l'avenir. Au cours du printemps, les mesures strictes anti-Covid pourraient être assouplies, même si nous devons rester prudents. "Je suis conscient que si les règles dans notre pays sont plus souples que dans d'autres, elles n'en restent pas moins éprouvantes. C'est aussi la raison pour laquelle je dis en toute clarté : nous ne maintiendrons aucune mesure un jour de trop. Ni le couvre-feu, ni l'interdiction de voyager, ni les règles à respecter à l'intérieur. A l'inverse, nous devons nous méfier d'un relâchement trop rapide qui pourrait à nous se retourner contre nous."

La campagne de vaccination est la clé de la liberté, déclare le Premier ministre. "En mars, avril et mai, nous comptons sur un total de 7,5 millions de vaccins. C'est beaucoup plus que ces derniers mois. Ils devront être administrés le plus vite possible." De Croo exhorte donc tout le monde à se faire vacciner. "Il importe que chacun tienne ses engagements, en premier lieu les producteurs de vaccins. Mais nous tous aussi. Faisons-nous vacciner. Pour nous protéger, mais aussi pour permettre à notre famille, à nos amis, à chacun de reprendre le cours de sa vie. Se faire vacciner est un acte de solidarité". Le Premier ministre a également souligné que les vaccins sont sûrs et efficaces. "Je dirai même plus : ils sont une victoire scientifique à laquelle les scientifiques belges ont largement contribué."

C'est une première: le Premier ministre Alexander De Croo a invité les citoyens à dialoguer directement avec lui via un Facebook live, un an après le début de la crise sanitaire. "Ce soir, dressons ensemble le bilan de cette année corona. Vous avez des questions sur le corona et sur la façon de sortir notre pays de cette crise ? Suivez la discussion en direct à 20h et posez votre question !", annoncait-t-il. Durant un peu plus de 30 minutes, le Premier ministre a sélectionné des questions posées, souvent concernant les mesures contre le Covid, et y a répondu. L'intégralité des réponses de De Croo se trouve dans cette vidéo:En attendant ce rendez-vous inédit avec les citoyens, le Premier ministre avait publié une vidéo pour faire le bilan après un an de crise sanitaire. C'est en effet le 11 mars 2020 que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déclaré officiellement une pandémie mondiale due au coronavirus. Le virus n'a pas épargné notre pays, rappelle-t-il. "Notre pays a connue une première et une deuxième vague particulièrement intenses. Nous avons perdu plus de 22.000 de nos concitoyens." Le Premier ministre pense aux familles qui ont perdu un être cher au cours de l'année écoulée. Il a également une pensée pour les nombreux indépendants, chômeurs temporaires et jeunes touchés."Si nous avons su traverser cette épreuve, avec toutes ces conséquences négatives et cette lourde facture que nous avons payé, c'est parce que de nombreuses forces et énergies positives se sont également mises en marche." Il mentionne les efforts de ceux qui travaillent dans le secteur des soins de santé, mais aussi des personnes chargées de la logistique, des supermarchés et des facteurs, "pour ne citer que quelques exemples." De Croo se tourne également vers l'avenir. Au cours du printemps, les mesures strictes anti-Covid pourraient être assouplies, même si nous devons rester prudents. "Je suis conscient que si les règles dans notre pays sont plus souples que dans d'autres, elles n'en restent pas moins éprouvantes. C'est aussi la raison pour laquelle je dis en toute clarté : nous ne maintiendrons aucune mesure un jour de trop. Ni le couvre-feu, ni l'interdiction de voyager, ni les règles à respecter à l'intérieur. A l'inverse, nous devons nous méfier d'un relâchement trop rapide qui pourrait à nous se retourner contre nous." La campagne de vaccination est la clé de la liberté, déclare le Premier ministre. "En mars, avril et mai, nous comptons sur un total de 7,5 millions de vaccins. C'est beaucoup plus que ces derniers mois. Ils devront être administrés le plus vite possible." De Croo exhorte donc tout le monde à se faire vacciner. "Il importe que chacun tienne ses engagements, en premier lieu les producteurs de vaccins. Mais nous tous aussi. Faisons-nous vacciner. Pour nous protéger, mais aussi pour permettre à notre famille, à nos amis, à chacun de reprendre le cours de sa vie. Se faire vacciner est un acte de solidarité". Le Premier ministre a également souligné que les vaccins sont sûrs et efficaces. "Je dirai même plus : ils sont une victoire scientifique à laquelle les scientifiques belges ont largement contribué."