Alors que fin novembre, Alexander de Croo considérait la vaccination obligatoire comme de la "paresse politique", à éviter donc, il change aujourd'hui son fusil d'épaule et envisage désormais de l'imposer: "Je crois davantage à la persuasion qu'à l'obligation, mais quand on voit qu'il y a cinq fois plus de non vaccinés en réanimation, on ne peut plus éviter cette question. L'objectif est clair : il faut vacciner tout le monde. Si la voie de la vaccination obligatoire peut aider, alors j'aimerais l'envisager."

La raison de ce volte-face? La situation aux soins intensifs. "Un groupe relativement petit de patients a trop d'impact sur nos soins. Nous ne pouvons plus permettre cela", explique-t-il. Avant d'ajouter: "Autrefois, le plan était : comment éviter les nouvelles vagues ? Aujourd'hui, cela devrait être : comment garder les vagues aussi plates que possible?"

D'autres mesures?

Pour atteindre cet objectif, le Premier ministre mentionne d'autres mesures potentielles:

  • Multiplier le nombre de lits en réanimation
  • Miser davantage sur la prévention continue comme la ventilation.
  • Renforcer les centres de vaccination et de dépistage pour alléger le fardeau des médecins généralistes.
  • Mettre en place un baromètre, un système avec des seuils, pour apporter de la clarté.
Alors que fin novembre, Alexander de Croo considérait la vaccination obligatoire comme de la "paresse politique", à éviter donc, il change aujourd'hui son fusil d'épaule et envisage désormais de l'imposer: "Je crois davantage à la persuasion qu'à l'obligation, mais quand on voit qu'il y a cinq fois plus de non vaccinés en réanimation, on ne peut plus éviter cette question. L'objectif est clair : il faut vacciner tout le monde. Si la voie de la vaccination obligatoire peut aider, alors j'aimerais l'envisager."La raison de ce volte-face? La situation aux soins intensifs. "Un groupe relativement petit de patients a trop d'impact sur nos soins. Nous ne pouvons plus permettre cela", explique-t-il. Avant d'ajouter: "Autrefois, le plan était : comment éviter les nouvelles vagues ? Aujourd'hui, cela devrait être : comment garder les vagues aussi plates que possible?"Pour atteindre cet objectif, le Premier ministre mentionne d'autres mesures potentielles: