Les deux avions de transport militaires arriveront dans la capitale pakistanaise dans la soirée de jeudi. Ils effectueront chacun deux rotations vendredi. Les représentants belges sur place veilleront à ce que les appareils soient remplis au maximum de leur capacité (une soixantaine de personnes), en sachant que le temps d'embarquement disponible est réduit à trente minutes. Aucune précision n'était donnée jeudi sur le nombre de passagers attendu pour la journée de vendredi.

La liste de personnes à embarquer s'allonge chaque jour. Mercredi, il était question de 470 personnes. Jeudi, le nombre de 580 est avancé, soit 344 personnes disposant d'un passeport belge, 222 personnes de nationalité afghane liées à un Belge et encore quelques personnes de nationalité néerlandaise ou luxembourgeoise liées à un ressortissant belge. Une première liste de personnes ayant travaillé pour la Belgique et de membres d'ONG que la Belgique est prête à accueillir a été contrôlée par les services de l'asile et transmise aux Affaires étrangères.

Un troisième avion de transport militaire - un A400M - est quant à lui déjà arrivé à Islamabad. Il devrait emporter vendredi soir les premières personnes évacuées vers la Belgique. Les autres retours vers l'Europe devraient s'effectuer par des avions de ligne.

Les personnes prises en charge par la Belgique sont priées de se rendre à l'aéroport de Kaboul dès lors qu'elles ont été contactées par un représentant belge. L'accès à cet endroit semble toutefois complexe. Les Etats-Unis veillent à la sécurité du périmètre intérieur de l'aéroport tandis que les talibans en contrôlent le périmètre extérieur et ont établi des check-points. La Belgique comme les autres pays étrangers n'a pas prévu le déploiement de soldats à l'extérieur de l'aéroport pour permettre l'acheminement de ses ressortissants.

Les deux avions de transport militaires arriveront dans la capitale pakistanaise dans la soirée de jeudi. Ils effectueront chacun deux rotations vendredi. Les représentants belges sur place veilleront à ce que les appareils soient remplis au maximum de leur capacité (une soixantaine de personnes), en sachant que le temps d'embarquement disponible est réduit à trente minutes. Aucune précision n'était donnée jeudi sur le nombre de passagers attendu pour la journée de vendredi. La liste de personnes à embarquer s'allonge chaque jour. Mercredi, il était question de 470 personnes. Jeudi, le nombre de 580 est avancé, soit 344 personnes disposant d'un passeport belge, 222 personnes de nationalité afghane liées à un Belge et encore quelques personnes de nationalité néerlandaise ou luxembourgeoise liées à un ressortissant belge. Une première liste de personnes ayant travaillé pour la Belgique et de membres d'ONG que la Belgique est prête à accueillir a été contrôlée par les services de l'asile et transmise aux Affaires étrangères. Un troisième avion de transport militaire - un A400M - est quant à lui déjà arrivé à Islamabad. Il devrait emporter vendredi soir les premières personnes évacuées vers la Belgique. Les autres retours vers l'Europe devraient s'effectuer par des avions de ligne. Les personnes prises en charge par la Belgique sont priées de se rendre à l'aéroport de Kaboul dès lors qu'elles ont été contactées par un représentant belge. L'accès à cet endroit semble toutefois complexe. Les Etats-Unis veillent à la sécurité du périmètre intérieur de l'aéroport tandis que les talibans en contrôlent le périmètre extérieur et ont établi des check-points. La Belgique comme les autres pays étrangers n'a pas prévu le déploiement de soldats à l'extérieur de l'aéroport pour permettre l'acheminement de ses ressortissants.