Avant tout, corrigeons un malentendu fréquent : rouler au gaz n'est pas rouler au gaz naturel. Le LPG (Liquified Petrol Gas) est un sous-produit issu du raffinage du pétrole. Il est composé d'un mélange comprimé de propane et de butane. Le CNG (Compressed Natural Gas) est quant à lui composé d'hydrocarbure et de méthane. C'est la variante comprimée du gaz naturel avec lequel nous cuisinons et chauffons nos maisons. Ce gaz réduit les émissions de gaz d'échappement nocifs, abaisse le niveau de dépendance par rapport au pétrole, simplifie l'utilisation des énergies renouvelables et est disponible en grandes quantités à échelle mondiale.
...

Avant tout, corrigeons un malentendu fréquent : rouler au gaz n'est pas rouler au gaz naturel. Le LPG (Liquified Petrol Gas) est un sous-produit issu du raffinage du pétrole. Il est composé d'un mélange comprimé de propane et de butane. Le CNG (Compressed Natural Gas) est quant à lui composé d'hydrocarbure et de méthane. C'est la variante comprimée du gaz naturel avec lequel nous cuisinons et chauffons nos maisons. Ce gaz réduit les émissions de gaz d'échappement nocifs, abaisse le niveau de dépendance par rapport au pétrole, simplifie l'utilisation des énergies renouvelables et est disponible en grandes quantités à échelle mondiale. Afin de pouvoir utiliser, pour l'automobile, le gaz naturel composé de 85 à 95% de méthane, celui-ci doit être comprimé ou liquéfié. Le transport du gaz naturel et l'approvisionnement des 120 stations proposant du CNG dans notre pays s'effectuent via un réseau de transport et de distribution souterrain. Le CNG n'est donc pas transporté par la route dans des camions-citernes comme le LPG, l'essence ou le diesel. Le site www.gaznaturel.be permet de connaître l'implantation de toutes les stations en Wallonie et en Flandre. Depuis peu, un vent nouveau souffle cependant en Wallonie et, selon Didier Hendrickx, représentant de la fédération du gaz naturel, le sprint est désormais entamé pour rattraper un certain retard : " Nous venons de loin, mais j'ai bon espoir que le monde politique prenne au sérieux nos attentes et apporte une réponse positive. " Le réseau des stations CNG est bien plus développé aux Pays-Bas, en Allemagne ou encore en Italie. S'il subsiste chez nous une réticence à rouler au gaz naturel, le CNG est considéré par nos voisins comme une arme adéquate pour lutter contre la pollution atmosphérique et une solution parfaitement valable pour remplacer les carburants fossiles comme l'essence ou le diesel. Le gaz naturel rejette en effet 90% de NOx en moins, 77% de particules fines en moins et de 7 à 16% de CO2 en moins que le diesel ou l'essence. Une voiture roulant au CNG ne produisant pas de suies, elle n'a pas besoin de filtre à particules, un composant très coûteux. Vous pouvez réaliser des économies sur les frais d'entretien et de remplacement car un filtre à particules s'use et doit être régulièrement remplacé. Au-delà de l'impact positif sur l'environnement et la santé, l'utilisation du gaz naturel comme carburant offre également des avantages sur le plan fiscal. Un particulier qui achète une voiture neuve au CNG de moins de 12 CV fiscaux est exempté, jusque fin 2020, de la taxe d'immatriculation et de la taxe de circulation. Avec un plein de gaz naturel, on peut effectuer selon la capacité du réservoir entre 300 et 400 km, ce qui correspond à l'autonomie maximale des voitures électriques de la nouvelle génération. Lorsque le réservoir à CNG est vide, le système passe automatiquement à l'essence, ce qui permet de parcourir encore 200 ou 300 km. L'autonomie d'une voiture fonctionnant au CNG s'élève donc, minimum, au double de celle d'une voiture électrique. Le conducteur ne doit en outre jamais s'inquiéter de savoir s'il pourra atteindre sa destination ou, pire, craindre de se retrouver immobilisé au milieu de nulle part. En Belgique, on trouve des pompes à essence à chaque coin de rue. Un luxe inaccessible pour les propriétaires d'un véhicule électrique. Le CNG est également plus avantageux à la pompe. Il ressort des calculs effectués par la CREG, le régulateur énergétique, que le CNG, exempté d'accises, est 26% moins cher que l'essence et 37% moins cher que le diesel. Par ailleurs, une voiture fonctionnant au gaz naturel consomme respectivement 17% et 28% de moins qu'une voiture diesel ou à essence. Le calcul est donc vite fait. Et pourtant, le CNG n'est pas encore vraiment populaire dans notre pays. Le secteur pointe à cet égard un doigt accusateur vers les autorités politiques et la séparation des compétences entre les gouvernements régionaux et le gouvernement fédéral, avec pour conséquence d'obtenir quatre variations sur un même thème. Confusion garantie et totalement inefficace. Par ailleurs, les autorités changent sans cesse les règles du jeu. Il manque aux gouvernements, régionaux ou fédéral, une vision à long terme et un plan stratégique. La politique est basée sur le court terme et la mobilité ne semble pas être une priorité. On a pu en faire douloureusement le constat en prélude aux élections du 26 mai. La plupart des partis ont fait volte-face sur le thème de la mobilité, craignant de s'attirer les foudres des électeurs. Porte-parole de la fédération du gaz naturel, Didier Hendrickx ne se laisse cependant pas séduire par la provocation à l'encontre du monde politique, même quand il s'agit d'aborder la prolongation des avantages fiscaux pour les véhicules au CNG après 2020. Voilà qui indique peut-être que des négociations secrètes sont en cours et que l'on ne veut pas les hypothéquer avec des commentaires publics. Dans le cadre de ce sujet, nous avons pu essayer la Seat Leon TGI et l'Arona TGI. Au sein du groupe Volkswagen, Seat a été désigné pour ouvrir la voie à l'implémentation du CNG sur les modèles populaires des marques généralistes du groupe. La Seat Arona TGI est le premier SUV fonctionnant au gaz naturel. Il est équipé d'un moteur 3-cylindres à essence. Doté de 12 soupapes et développant 90 ch, ce moteur est associé à une boîte 6 manuelle. Les trois réservoirs à CNG en acier haute résistance sont logés sous un plancher spécial dans le coffre, à l'emplacement occupé habituellement par la roue de secours. Lorsque la réserve de CNG est épuisée, le système passe automatiquement à l'essence sans que l'utilisateur ne s'en aperçoive. Le ravitaillement en CNG est rapide et facile. Au volant, le conducteur ne remarque aucune différence entre les deux carburants, seul un témoin lumineux indique quand le moteur utilise le gaz naturel. Sur le tableau de bord, deux jauges informent le conducteur des niveaux des deux types de carburant alors que l'ordinateur de bord indique la consommation et l'autonomie. Afin d'éviter tout problème en cas de démarrage par températures négatives, le moteur démarre en mode essence quand la température est inférieure à -10°C. Dès que les injecteurs atteignent leur température opérationnelle, le système passe au CNG. Il n'existe donc plus aucune excuse pour ne pas rouler avec une Seat, une Audi, une Fiat, une Skoda, une SsangYong ou une VW fonctionnant au gaz naturel. Plus d'infos sur www.gaznaturel.be