Violences en Ukraine - Au moins un mort et dix blessés dans les nouvelles violences à Kiev

20/02/14 à 10:05 - Mise à jour à 10:05

Source: Le Vif

(Belga) Au moins un manifestant a été tué à Kiev et une dizaine d'autres blessés lors de nouveaux affrontements avec la police qui ont éclaté jeudi matin.

Violences en Ukraine - Au moins un mort et dix blessés dans les nouvelles violences à Kiev

Les victimes ont été atteinte par balles, sans qu'il soit possible de dire s'il s'agissait de balles en caoutchouc ou de munitions réelles. Elles ont été touchées lorsque les manifestants ont chargé un cordon de police sur le Maïdan, la place de l'Indépendance à Kiev, haut lieu de la contestation, occupé depuis près de trois mois. La réception de l'hôtel Ukraine, immense bâtiment dominant le Maïdan, a été transformée en infirmerie de fortune. Des médecins s'affairaient autour d'une dizaine de blessés, le sol du hall de l'hôtel étant couvert de sang. Les manifestants, casqués et armés de gourdins, protégés par des boucliers semblables à ceux des policiers, ont escaladé leurs propres barricades avant de se lancer à l'assaut d'un cordon des forces de l'ordre. Les policiers ont reculé sur plusieurs centaines de mètres, abandonnant le terrain qu'ils avaient repris lors d'un assaut dans la nuit de mardi à mercredi. Ils ont protégé leur retraite par des tirs soutenus de balles en caoutchouc qui ont blessé une dizaine de manifestants, aussitôt chargés sur des brancards et évacués vers les infirmeries de fortune de l'opposition. Le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'un sniper a pris des policiers pour cible avant la charge et que vingt policiers ont été blessés, selon un communiqué. De nombreuses ambulances se dirigeaient toutes sirènes hurlantes vers le centre de Kiev. Plusieurs milliers de personnes étaient toujours rassemblées sur le Maïdan, qui se trouve à nouveau intégralement sous le contrôle des manifestants. Sous le feu des critiques internationales et menacé de sanctions, le président Ianoukovitch avait annoncé mercredi soir une "trêve" après les violences qui ont fait 28 morts mardi. (Belga)

Nos partenaires