Une jeune touriste belge blessée par une balle perdue en Corse

12/08/14 à 17:45 - Mise à jour à 17:45

Source: Le Vif

(Belga) Une touriste belge de 16 ans a été blessée samedi dernier par une balle perdue sur la plage de l'Arinella à Bastia, en Haute-Corse, a indiqué la famille de la victime à l'agence Belga. L'information a été confirmée par des sources proches de l'enquête.

Une jeune touriste belge blessée par une balle perdue en Corse

La jeune victime, originaire de Bierges (Brabant wallon), était couchée sur le sable lorsqu'elle a été touchée au bras par un projectile. "Nous n'avons d'abord pas compris ce qu'il se passait", explique Hanane Hadad, la mère de la victime. "C'était la panique totale!" Ce n'est qu'une fois au centre hospitalier de Bastia que le médecin a expliqué à la famille qu'il s'agissait d'une balle de calibre 22. La jeune fille a été opérée avec succès dans la soirée. Par chance, aucun os ou tendon n'a été touché et aucune séquelle ne devrait demeurer à terme. Les parents ont immédiatement été porter plainte à la police. Les autorités locales se sont montrées très réactives selon eux, mais le fait qu'une touriste, mineure qui plus est, ait été touchée par un tir semble générer une certaine gêne de leur part. Ce type d'incident, qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques selon une source policière, a déjà eu lieu plusieurs fois par le passé, avec des personnes blessées par des balles perdues, souvent tirées en l'air. En juillet 2013, un jeune homme avait ainsi été touché au bras alors qu'il dînait en famille dans un restaurant de Lucciana, toujours en Haute-Corse. "J'ai lu plusieurs guides touristiques avant de venir ici, mais je n'ai jamais lu que quelque chose comme ça était possible", explique Mme Hadad. "On s'attend à tout sauf à ce genre d'accident." La jeune fille se porte bien mardi, un infirmier venant quotidiennement s'assurer de la bonne évolution de sa blessure. La famille a voulu rentrer en Belgique directement après l'incident, mais la victime et sa soeur ont insisté pour poursuivre ces vacances qu'elles attendaient depuis plusieurs mois. "Ce n'est pas facile après une telle expérience, mais nous vivons des vacances presque normales", conclut la mère de la victime. (Belga)

Nos partenaires