Trente jours pour convaincre et rassembler derrière le parti

25/04/14 à 21:37 - Mise à jour à 21:37

Source: Le Vif

(Belga) Il reste trente jours pour quadriller le terrain et convaincre que le PS est le seul vote utile à gauche et le seul rempart à une droite "arrogante", ont martelé plusieurs responsables et candidats socialistes aux militants hennuyers réunis vendredi soir à Mons.

Trente jours pour convaincre et rassembler derrière le parti

La tête de liste européenne Marie Arena, puis Nicolas Martin, tête de liste à la Région pour Mons-Borinage, ont été les premiers à s'adresser aux militants, appelant de leurs voeux une Europe plus solidaire, "moteur du bien-être", une réforme fiscale qui soit vraiment juste, une "écologie sociale, et non punitive", et une gauche "qui s'engage vraiment". Le président faisant fonction du PS, Paul Magnette, a appelé à "quadriller le terrain", rappelant qu'il reste "30 jours pour convaincre". Il a mentionné "la droite qui ronge son frein et qui ne se remet pas de ne pas être arrivée à former un gouvernement de droite en 2007" et a épinglé le président du MR, "M. Michel, le fils". "Celui-là, ce n'est pas avec une cuiller en argent dans la bouche qu'il est né, c'était carrément une louche!", a-t-il décoché, provoquant les rires de l'assemblée. Paul Magnette a également brocardé Didier Reynders, "qui fait campagne en Flandre, auprès des patrons" et a constaté que pendant ce temps-là, le président de la N-VA "Bart De Wever regarde et attend". Invité spécial, longuement acclamé par les militants, le vice-premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte a souligné que socialistes du nord et du sud "parlent la même langue, celle de la solidarité". Longuement applaudi aussi, le Premier ministre, et tête de liste PS à la Chambre pour Mons-Borinage, Elio Di Rupo a mis en garde contre les grandes menaces que constituent la N-VA, le démantèlement de la sécurité et l'alliance entre le MR et la N-VA. (Belga)

Nos partenaires