TC Charleroi - Benoît Delbèque plaide l'acquittement

24/06/13 à 17:15 - Mise à jour à 17:15

Source: Le Vif

(Belga) Benoît Delbèque, ex-conseiller communal et ancien président de trois asbl à vocation sociale a plaidé l'acquittement, lundi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi devant lequel il est poursuivi de faux, détournements, prise d'intérêts et abus de biens sociaux.

Benoit Delbèque, l'ancien conseiller communal socialiste et président des asbl "J'Arrive", "Carolo Music Rallye" et "Jeunes Mania", a réfuté l'ensemble des préventions retenues à sa charge. A l'audience précédente, le parquet avait sollicité une peine de 12 à 18 mois de prison, estimant que le prévenu avait utilisé ces associations sociales et les subsides qu'elles drainaient pour ses propres intérêts, et en particulier sa carrière politique. Selon l'avocate de M. Delbèque, deux questions préliminaires doivent être posées. D'une part, l'inspecteur de la Région wallonne qui a transmis le dossier au parquet n'apparaît pas objectif, de même que les enquêteurs de la PJF. Ceux-ci ont d'ailleurs été remplacés en cours de route, après quelques insinuations inappropriée sur le parti de l'intéressé et son appartenance à la franc maçonnerie. L'avocate ajoute que l'ambition politique de son client doit être ramenée à sa juste valeur, lui qui ne pouvait espérer un poste important en étant avant-dernier de la liste. Le conseil de Benoît Delbèque a plaidé l'acquittement pour l'ensemble des préventions, estimant que les nombreux voyages se justifiaient, notamment par des prospections au bénéfice des asbl. Même raisonnement pour les restaurants qui servaient soit de réunions de travail, soit d'un moyen pour attirer des subsides. Les achats massifs de timbres seraient quant à eux dans la norme pour deux asbl et justifiés pour "Jeunes Mania", qui touchait un grand nombre de jeunes. En cours de débat, la Région wallonne s'est constituée partie civile aux côtés de la Communauté française dans le but de récupérer les subsides qui auraient été utilisés à mauvais escient. Jugement le 30 octobre. (Belga)

Nos partenaires