Sommet UE - Le sommet budgétaire européen démarre avec trois heures de retard

22/11/12 à 23:44 - Mise à jour à 23:44

Source: Le Vif

(Belga) Les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont entamé leurs délibérations plénières jeudi vers 23H00, avec trois heures de retard sur l'agenda de leur conclave budgétaire.

Sommet UE - Le sommet budgétaire européen démarre avec trois heures de retard

Le président du Conseil, Herman Van Rompuy, a eu tout au long de la journée et de la soirée des entretiens bilatéraux avec les 27 dirigeants. Ses services remettront sous peu une nouvelle proposition de compromis sur le cadre budgétaire 2014-2020, qui servira de base à des négociations nocturnes. Dans l'intervalle, le sommet a débuté par un échange avec le président du Parlement européen, Martin Schulz. Ce dernier a fait circuler auprès des journalistes le texte de son discours, dans lequel il interpelle notamment la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron, deux dirigeants soucieux de couper dans les dépenses européennes. "Le chanteur de U2 Bono m'a demandé instamment de défendre la coopération au développement européenne auprès de vous, M. Cameron. Parce que vous êtes vous aussi, d'après ce que Bono m'a dit, un partisan de cete coopération", selon le texte de l'intervention. A Angela Merkel, le président du Parlement rappelle que le budget européen est "de grande importance pour le développement du réseau à large bande dans votre région de Mecklenburg-Vorpommern". Mais M. Schulz ne brandit pas la menace d'un véto, en dépit des personnalités qui se sont exprimées en ce sens dans son assemblée récemment. Après avoir reconduit le président du Parlement, les 27 évoqueront le cas d'Yves Mersch, qu'ils veulent désigner au directoire de la BCE malgré la volonté des eurodéputés d'assurer davantage de mixité hommes-femmes dans cette instance exclusivement masculine. Selon des sources diplomatiques, l'Espagne, le seul pays à avoir relayé les critiques du Parlement, ne devrait pas s'opposer à la confirmation de M. Mersch. Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy chercherait en fait surtout à obtenir des compensations pour son pays en terme de représentation à la BCE. (WAE)

Nos partenaires