Végétariens: leurs trois grands arguments sont-ils valides ?

12/02/16 à 15:06 - Mise à jour à 19/04/16 à 15:52

Source: Le Vif/l'express

Pourquoi se convertir ? Les militants végétariens, végétaliens et vegans ont affuté leur argumentaire. Décryptage.

1. "Et si c'était nous, les bêtes ?"

Essais et réquisitoires emplissent les rayonnages des librairies. Celui de l'Américain Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ? (traduit en français en 2011, éd. de l'Olivier), enquête en partie clandestine sur l'élevage industriel, a été un détonateur. D'autres ont suivi. Parmi les derniers en date, le manifeste vegan La cause des animaux. Pour un destin commun (récemment réédité chez Buchet/Chastel), de la philosophe Florence Burgat, et Bon appétit ! Quand l'industrie de la viande nous mène en barquette (Presses de la Cité), d'une journaliste d'investigation, Anne de Loisy, bilan sans concession de la filière industrielle de la viande. Plus que les enjeux écologiques ou alimentaires, c'est le refus de la maltraitance animale qui suscite le plus d'adhésions au veganisme. "Nous vivons une prise de conscience collective éthique vis-à-vis de la souffrance animale. Ce n'est pas juste un effet de mode, c'est une lame de fond", souligne Fabrice Derzelle, de l'association Végétik. Elle reste la motivation première de 80 % des végétariens, selon la revue Cahiers antispécistes. "Un seul principe guide mes choix alimentaires : là où ce n'est absolument pas nécessaire, il ne faut pas tuer les animaux pour les manger. Or, aujourd'hui et ici, il n'y a aucune nécessité, nous avons tout à fait les moyens de nous nourrir autrement ", témoigne Yvan Vancleynenbreugel, végétarien belge quadragénaire.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires