Le sauna réduirait le risque d'attaque cardiaque

04/03/15 à 13:44 - Mise à jour à 13:53

D'après une étude finlandaise menée sur 20 ans, le sauna réduirait jusqu'à 67 % le risque de mort subite lié à une attaque cardiaque.

Le sauna réduirait le risque d'attaque cardiaque

© iStock Photos

C'est à des chercheurs de l'université finlandaise de Kuopio que l'on doit l'étude, menée auprès de 2.315 hommes âgés de 42 à 60 ans. Publiés dans la revue médicale américaine JAMA Network leurs résultats sont sans équivoque : se rendre régulièrement au sauna réduirait considérablement les attaques cardio-vasculaires. Ainsi, le risque de mort subite cardiaque diminuerait de 67 % chez les personnes faisaient 4 à 7 saunas par semaine. Un effet bénéfique est aussi observé chez ceux n'allant au sauna qu'un jour sur trois (22 % de morts subites en moins).

Outre la fréquence des séances, le temps passé à l'intérieur de la petite pièce surchauffée semble également être une variable essentielle : plus on y reste, moins le danger d'attaque est important, rapporte Sciences et Avenir. Comparativement aux hommes qui restaient moins de onze minutes dans le sauna, le risque de décès résultant d'une crise cardiaque était 7 % plus faible chez ceux qui y passaient entre 11 et 19 minutes.

Des résultats spectaculaires, dont les raisons demeurent toutefois incertaines. L'une des hypothèses est que l'exercice induit par la chaleur provoquerait une augmentation du rythme cardiaque comparable à " une activité physique d'intensité faible, voire modérée", éclaire le Dr Rita Redberg, de l'Université de Californie, à San Francisco. Mais ce pourrait simplement être dû à "un mode de vie qui permet de passer plus de temps à se relaxer ou encore les effets bénéfiques de la camaraderie dans le sauna", avoue-t-elle.

Tradition finlandaise

En Finlande, lieu de l'enquête, le sauna est une vraie tradition, rappelle Le Figaro. Il en existerait plus de 3,3 millions à travers le pays, pour une population de 5,3 millions d'habitants. D'ailleurs, seuls 12 des 2 327 "cobayes" de l'étude ne s'y rendaient jamais. (A.V.)

Lire aussi : Dix conseils pour profiter d'un sauna sans risque

En savoir plus sur:

Nos partenaires