Rubik: John Crombez ne participera pas à un gouvernement qui conclut un tel accord

09/09/12 à 15:11 - Mise à jour à 15:11

Source: Le Vif

(Belga) Le secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude fiscale, John Crombez (sp.a), ne restera pas dans un gouvernement qui conclurait un accord "Rubik" avec la Suisse, a-t-il averti dimanche au cours de l'émission "De Zevende Dag" sur la VRT-télévision.

Rubik: John Crombez ne participera pas à un gouvernement qui conclut un tel accord

"Je dis très clairement que je ne siégerai pas dans un gouvernement qui fait de tels accords", a-t-il déclaré. Avec sa stratégie Rubik, la Suisse espère se débarrasser de sa réputation de paradis fiscal, d'une part en offrant aux pays d'origine des fraudeurs un montant forfaitaire - la somme de dix milliards d'euros a été évoquée pour la Belgique, sans être confirmée - pour régulariser le passé et d'autre part en instaurant pour l'avenir un prélèvement à la source libératoire sur l'épargne placée dans les banques helvétiques. L'accord est critiqué pour un certain nombre de dispositions qui permettraient aux épargnants de continuer d'échapper au fisc, en dépit de cette retenue à la source. En Allemagne, les sociaux-démocrates menacent de refuser la ratification au Bundesrat et demandent une renégociation. "La Suisse a dû se mettre à genoux devant les Etats-Unis. Maintenant, ils nous promettent dix milliards d'euros cash qui ne sont pas là pour préserver le secret bancaire", a-t-il expliqué. Affirmer que d'autres pays font la même chose n'est pas correct, selon lui. "Du lobby pur! ", a-t-il ajouté. Le secrétaire d'Etat socialiste s'est réjoui des propos du ministre des Finances, Steven Vanackere (CD&V), qui a expliqué qu'aucune discussion n'était en cours et que la conclusion d'un tel accord n'était pas envisagée. Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), est quant à lui favorable à un débat en Belgique sur la proposition suisse d'accord sur la fiscalité de l'épargne. C'est ce qu'il a indiqué cette semaine à l'issue de plusieurs entretiens dans la confédération helvétique, notamment avec la présidente Evelyne Widmer-Schlumpf. (NBA)

Nos partenaires