RDC - Quatorze morts dans les combats de dimanche pour le contrôle de Mambasa

08/01/13 à 18:13 - Mise à jour à 18:13

Source: Le Vif

(Belga) Quatorze personnes ont été tuées et une trentaine d'autres blessées dimanche lors d'affrontements entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et des miliciens armés dans la localité de Mambasa, dans le nord-est de la RDC, a rapporté mardi la radio onusienne Okapi, citant la Croix-Rouge congolaise.

RDC - Quatorze morts dans les combats de dimanche pour le contrôle de Mambasa

L'armée gouvernementale congolaise avait repris dimanche le contrôle de Mambasa, située à plus de 160 km au sud-ouest de Bunia, chef-lieu du district de l'Ituri, en province Orientale, dont des miliciens du chef Maï-Maï Paul Sadala, alias Morgan, et des rebelles partisans d'un certain Hilaire Kombi s'étaient emparé dans la matinée. Selon la Croix-Rouge congolaise, six militaires, quatre miliciens et quatre civils ont péri au cours de ces combats. Parmi les civils blessés figurent un père de famille et ses quatre enfants. Les FARDC ont capturé treize miliciens et récupéré quelques armes à feu, a ajouté Radio Okapi, parrainée par l'ONU. La localité de Mambasa est un important carrefour routier pour les échanges sur les axes vers Kisangani, le chef-lieu de la province, et Bunia, ainsi que les villes de Beni et Butembo, au Nord-Kivu. Elle est également riche en or, en bois et autres minerais. Le chef d'état-major de la force terrestre congolaise, le général François Olenga, en visite dans la région vendredi dernier - soit deux jours avant la prise de Mambasa -, avait promis l'arrestation du chef milicien Paul Sadala, responsable de nombreuses exactions dans le nord-est de la RDC. Le groupe armé de "Morgan" s'est rendu tristement célèbre en province Orientale et au Nord-Kivu voisin. Ces combattants Maï-Maï avaient notamment attaqué le 24 juin dernier la réserve naturelle d'Epulu, en Ituri, tuant sept personnes, dont six gardes-chasse, et quinze okapis - une espèce protégée très rare. (PVO)

Nos partenaires