Procès De Gelder - "Incrédulité, effroi, colère et angoisse"

07/03/13 à 13:09 - Mise à jour à 13:09

Source: Le Vif

(Belga) "Incrédulité, effroi, colère et angoisse étaient les sentiments qui prédominaient chez les victimes", a déclaré jeudi au procès de Kim De Gelder devant la cour d'assises de Gand l'inspecteur principal de la police de Termonde, Rudy Moreel, qui dirigeait également le service d'accompagnement des victimes. Le policier, pourtant expérimenté mais très ému, a eu des difficultés à livrer son témoignage.

Le service d'accompagnement des victimes de la police est immédiatement présent aux côtés de celles-ci, contrairement à l'aide aux victimes qui intervient dans un deuxième temps, explique Rudy Moreel. "Lorsque je suis arrivé à la crèche, j'y ai découvert des gens qui étaient complètement désespérés, en état de choc." L'inspecteur a notamment décrit les "tremblements sur leur chaise des puéricultrices, dont les vêtements étaient maculés de sang". Il y avait chez elles "une angoisse très intense". "Une puéricultrice décrivait, en larmes, la douleur insupportable que représentait la vue d'un enfant qui ne se doute de rien ouvrir les bras vers l'auteur comme s'il s'agissait d'un père et recevoir un coup de couteau (...) Incrédulité, effroi, colère et angoisse étaient les sentiments qui prédominaient chez les victimes. Toutes étaient également animées d'un fort sentiment de culpabilité." "Je vois que malgré votre expérience, vous avez beaucoup de difficultés à relater les faits. Cela vous honore", a répondu le président Defoort à l'inspecteur. (MUA)

Nos partenaires