Pape François: il faut "accompagner" les homosexuels et divorcés "avec miséricorde"

19/09/13 à 19:47 - Mise à jour à 19:47

Source: Le Vif

(Belga) Le pape François, dans sa première interview publiée jeudi, a recommandé à l'Eglise d'"accompagner" les homosexuels et divorcés "avec miséricorde" et "à partir de leurs conditions" de vie réelles.

Pape François: il faut "accompagner" les homosexuels et divorcés "avec miséricorde"

Dans ce long entretien accordé en italien à la revue des jésuites Civilta Cattolica, le pape a aussi évoqué la question de l'avortement. Si une femme a avorté, que cela lui "pèse énormément" et qu'"elle est sincèrement repentante", son acte doit être pardonné, a-t-il expliqué. "Le confessionnal n'est pas une salle de tortures mais le lieu de la miséricorde", a-t-il ajouté, dans cette interview diffusée par quinze autres revues jésuites dans le monde. François a expliqué par ailleurs que l'Eglise "ne pouvait insister seulement sur les questions liées à l'avortement, au mariage homosexuel et à l'usage des méthodes contraceptives. Je n'ai pas beaucoup parlé de ces choses, et cela m'a été reproché. Quand on en parle, il faut en parler dans un certain contexte", a-t-il estimé. "Nous devons annoncer l'Evangile sur toutes les routes, en annonçant la Bonne nouvelle du Royaume, et en soignant, également avec notre prédication, tout type de maladie et de blessure", a-t-il recommandé. Jorge Mario Bergoglio a expliqué par ailleurs qu'il n'a "jamais été de droite" mais que sa "manière autoritaire de prendre des décisions lui avait créé des problèmes" quand il était responsable des jésuites à Buenos Aires. Il avait seulement 36 ans quand il est devenu "provincial" des jésuites. "Il s'agissait d'affronter des questions difficiles, et je prenais mes décisions de manière brusque et personnelle", a-t-il admis. Bergoglio avait été provincial avant et au début des années de la dictature en Argentine et avait eu des différends avec d'autres jésuites. (Belga)

Nos partenaires