Mer de Chine méridionale: Pékin rejette la proposition américaine

11/08/14 à 08:15 - Mise à jour à 08:15

Source: Le Vif

(Belga) Pékin a farouchement rejeté lundi la proposition américaine appelant au "gel" des actions liées aux différends territoriaux en mer de Chine méridionale, et a accusé Washington d'"entretenir" délibérément les tensions géopolitiques dans la région.

Une réunion, ce week-end en Birmanie, de l'Association des Nations de l'Asie du sud-est (Asean), élargie à une quinzaine de partenaires du bloc régional -- dont la Chine et les Etats-Unis --, a été monopolisée par les différends maritimes qui opposent Pékin à plusieurs pays de l'Asean. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, y a demandé de faire preuve de "retenue", et a appelé à un accord multilatéral mettant un terme à toutes les actions susceptibles "de compliquer (la situation) ou d'entraîner une escalade". "Certains pays extérieurs à la région ne peuvent se tenir tranquilles et viennent attiser les tensions. Leur intention n'est-elle pas de provoquer le chaos?", a lancé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi dans un communiqué diffusé lundi. "Des pays en dehors de la région peuvent exprimer des inquiétudes raisonnables, mais nous sommes opposés aux gesticulations accusatoires", a-t-il ajouté. La Chine et l'Asean "ont les capacités et la sagesse nécessaires pour préserver la paix et la stabilité en mer de Chine du sud", a assuré Wang Yi. Pékin revendique sa souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, traversée par d'importantes routes maritimes et potentiellement riche en ressources gazières et halieutiques. Elle y a des différends territoriaux avec Brunei, la Malaisie, les Philippines et le Vietnam, ainsi qu'avec Taïwan, qui n'est pas membre de l'Asean. Les relations ont été particulièrement tendues ces derniers mois entre Pékin et Hanoï, après l'installation en mai d'une plate-forme pétrolière chinoise près de l'archipel disputé des Paracels, qui a provoqué au Vietnam des émeutes antichinoises et a conduit Washington à durcir son discours. (Belga)

Nos partenaires