Maroc: étudiants et militants pro-réformes manifestent à Rabat

23/03/14 à 19:32 - Mise à jour à 19:32

Source: Le Vif

(Belga) Près d'un millier de personnes, des étudiants ainsi que diplômés au chômage et des militants d'un mouvement pro-réformes né durant le Printemps arabe, ont manifesté dimanche après-midi dans le calme à Rabat.

Maroc: étudiants et militants pro-réformes manifestent à Rabat

Ces manifestants se sont rassemblés devant le Parlement pour réclamer des réformes économiques et sociales, et commémorer la répression sanglante d'une manifestation étudiante le 23 mars 1965. Sous une présence policière discrète et sans qu'aucun incident soit signalé, la foule a protesté contre la faiblesse du budget consacré à l'éducation et a réclamé une "généralisation" des bourses d'étudiants. Parmi les manifestants se trouvaient des membres de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante), une des principales organisations de défense des droits de l'Homme au Maroc, qui a accusé cette semaine les autorités de mener une campagne de "répression" à son égard. Partie prenante du rassemblement, les diplômés au chômage défilent depuis des années presque chaque jour dans les rues de Rabat pour réclamer d'être intégrés dans la fonction publique. Le mouvement du 20-Février (M20-F) a également participé au rassemblement. Né dans la mouvance du Printemps arabe, il réclame des réformes politiques et sociales profondes, mais il s'est montré moins actif au cours de l'année écoulée. En 2011, les rassemblements qu'il avait initiés avaient amené le pouvoir à proposer par référendum une nouvelle Constitution. Adopté à une écrasante majorité, ce texte censé accroître les pouvoirs du gouvernement a permis plusieurs avancées en matière de droits sociaux, en particulier dans la lutte contre les inégalités hommes-femmes. Mais nombre de dispositions restent à mettre en oeuvre et des revendications demeurent, en particulier en matière d'emploi: si le taux de chômage est officiellement d'environ 9% au Maroc, il atteint près de 30% chez les jeunes selon la Banque mondiale. (Belga)

Nos partenaires