Le côté obscur de la force

02/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 01/11/17 à 12:04
Du Le Vif/L'Express du 03/11/17

A sept mois de la Coupe du monde de football, Le Vif/L'Express montre, à travers les trente-deux pays qualifiés, combien le sport roi et la politique sont intimement liés. Premier épisode : comment la Russie veut profiter du Mondial à domicile pour retrouver sa puissance passée. Une sacrée gageure au vu des tourments de ce pays.

Nous avons réchauffé les coeurs et les esprits. " Ce sont quelques mots lancés pour tenter de rendre la défaite moins amère. Mais le sélectionneur national, Stanislav Cherchesov, n'est pas dupe. La sortie prématurée de la Russie de " sa " Coupe des confédérations, le 24 juin dernier, est un fiasco de mauvais augure, à moins d'un an de la Coupe du monde. A Kazan, aux confins du Tatarstan, la Sbornaya (" équipe nationale " en russe) a sombré corps et âme. La défaite 1-2 contre le Mexique a non seulement ruiné ses espoirs de qualification, elle a aussi montré toutes les limites d'une équipe vieillissante. Le gardien et capitaine Igor Akinfeev, auteur d'approximations coupables sur les deux buts mexicains, en est la triste illustration. On est loin de la sérénité rassurante de Lev Yachine, " l'araignée noire ", seul gardien dans l'histoire à avoir reçu le Ballon d'or. C'était en 1963, quand la Russie faisait encore partie de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et remportait des titres européens. Une autre époque.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires