Contes cruels

07/03/18 à 21:00 - Mise à jour à 16:04
Du Le Vif/L'Express du 08/03/18

Cavalleria rusticana + Pagliacci : deux oeuvres courtes, données ensemble à La Monnaie, où amour ne rime plus du tout avec toujours. Bienvenue en Sicile !

La morsure se déroule en pleine fiesta pascale, au milieu des enfants qui courent, du syrah qui coule et des tréteaux qui croulent sous les piles colorées de cassates - du nom de ce gâteau glacé typiquement sicilien. Furtive autant qu'étrange : quand Turiddu comprend qu'Alfio réclame vengeance, le premier étreint le second... en lui serrant l'oreille entre les dents ! Totalement incompréhensible ici et maintenant, cette vieille coutume sicilienne, qui signifie que l'amant accepte que le mari trompé lave l'infamie en duel, donne résolument le ton : Cavalleria rusticana (1890) de Pietro Mascagni (dont est tirée cette scène " cannibale ") et Pagliacci (1892) ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires