Bons baisers de Russie

20/04/17 à 09:31 - Mise à jour à 09:30

Après Tchekhov et son Vania ! , le metteur en scène Christophe Sermet creuse un peu plus loin le répertoire russe et adapte Les Enfants du soleil de Gorki. Une pièce emblématique d'un " âge d'argent " dont les répercussions demeurent vivaces, un siècle plus tard.

Il a décroché le prix de la Critique du meilleur spectacle en 2015 et c'était amplement mérité. Avec une équipe d'acteurs épatants et une scénographie inventive dans sa simplicité, Christophe Sermet réactualisait Oncle Vania, pièce éternelle de Tchekhov datant de 1897. Après avoir crapahuté entre les lettres belges néerlandophones (la création en français de Mamma Medea de Tom Lanoye), le théâtre espagnol (Hamelin de Juan Mayorga) et israélien (Une Laborieuse Entreprise de Hanokh Levin), voilà que le metteur en scène suisse, installé depuis des années à Bruxelles, décide de rester en Russie, à la même période, en adaptant Les Enfants du soleil de Maxime Gorki (1).
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires