Le PM serbe victime d'un piège "Basic Instinct" par une caméra cachée

01/02/13 à 11:04 - Mise à jour à 11:04

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre serbe Ivica Dacic a été piégé par une caméra cachée lors d'une fausse interview avec un mannequin jouant le rôle d'une journaliste, qui a décroisé ses jambes pendant l'entretien, imitant Sharon Stone dans sa célèbre scène du film Basic Instinct, un canular qui a irrité le gouvernement.

"Cela ne va pas rester impuni et toute cette affaire fera l'objet d'une enquête complète", a déclaré vendredi Ivica Toncev, le conseiller du Premier ministre chargé de la sécurité, cité par la presse locale. "On s'est moqué de la Serbie et non du Premier ministre en abusant de la bonne volonté dont il fait preuve envers la presse", a-t-il déclaré. Tournée dans le studio d'une télévision privée, la fausse interview n'a pas été diffusée par cette chaîne, mais un clip de 90 secondes a été mis sur Youtube et enregistrait vendredi plus de 5,4 millions de vues (http://www.youtube.com/watch?v=_JUVapDyA_o). La scène parodie une séquence du film américain Basic Instinct (1992), dans laquelle Sharon Stone, soupçonnée de meurtre, croise et décroise ses jambes alors qu'elle ne porte pas de sous-vêtements, pour perturber les enquêteurs. La vidéo montre M. Dacic, 47 ans, le visage barré d'un sourire embarrassé au moment où la "journaliste" joue cette même scène, tout en lui posant une question politique. La vidéo a été tournée par l'équipe d'un show intitulé "Mission impossible", dont la spécialité est de piéger des personnalités de la vie publique par caméra cachée. Branka Knezevic, ancien mannequin qui a posé pour l'édition locale de la revue Playboy, a déclaré à la presse locale que piéger le Premier ministre avait représenté "un grand défi" et a salué la maîtrise dont il a fait preuve. A ce jour, M. Dacic n'a pas réagi. Cependant, l'Association indépendante des journalistes (NUNS) a vivement condamné la diffusion de cette vidéo sur la toile et estimé que "le Premier ministre a été exposé à une provocation d'une manière inacceptable". (MUA)

Nos partenaires