La culture doit lutter contre l'isolement social pour raccrocher les 40% de "désengagés"

04/12/12 à 15:13 - Mise à jour à 15:13

Source: Le Vif

(Belga) Pour "raccrocher" les 40% de la population francophone qualifiée de "désengagée culturelle", la politique doit surtout envisager la contribution de la culture au lien social et à la lutte contre l'isolement, selon une étude de l'Observatoire des politiques culturelles présentée mardi à Bruxelles.

Les prémices de cette étude identifiant divers profils de consommation culturelle avaient été dévoilés en juin dernier; ils avaient frappé par l'absence d'engagement culturel et d'activités de loisirs, en ce compris sur internet, de 40% de la population en Fédération Wallonie-Bruxelles (un taux comparable à la France). Les politiques des années '60-'70 pour une meilleure accessibilité à la culture et une reconnaissance des pratiques culturelles des classes populaires se révèlent désormais insuffisants, a fait observer Jean-Louis Genard, l'un des auteurs de l'étude. Le concept de désengagement culturel, en effet, traverse les classes sociales et est davantage lié à l'isolement culturel et social. "Dans cette perspective, ce sont sans doute les politiques socioculturelles qui sont interpellées, face à des populations qu'il s'agit en quelque sorte d'abord de 'raccrocher' aux pratiques culturelles", explique-t-il. Les éléments les plus importants pour déterminer la consommation culturelle sont l'âge et le niveau d'éducation, et non tant l'appartenance et le positionnement social comme on le croyait dans les années '60-'70, selon l'étude. La politique culturelle doit donc être davantage générationnelle et intergénérationnelle. L'étude plaide pour une initiation à la culture dès l'école fondamentale, alors qu'elle a "largement déserté le champ scolaire depuis de nombreuses années". Une ségrégation culturelle apparaît en outre au sein des grands centres urbains (Bruxelles, Liège), ainsi qu'entre ceux-ci d'un côté, et les villes et la ruralité de l'autre, met en garde l'étude. (PVO)

Nos partenaires