L'ONU s'inquiète de la prolifération des armes en Libye

14/03/13 à 19:54 - Mise à jour à 19:54

Source: Le Vif

(Belga) Le Conseil de sécurité de l'ONU a fait part jeudi de son inquiétude sur le flot d'armes arrivant depuis la Libye dans les pays voisins et sur le sort de milliers de personnes détenues au secret par des milices en Libye.

L'ONU s'inquiète de la prolifération des armes en Libye

Dans une résolution adoptée à l'unanimité, les 15 membres du Conseil "se déclarent préoccupés par la prolifération illicite dans la région d'armes et de matériel connexe de tout type provenant de Libye, en particulier d'armes lourdes (..) et de missiles sol-air portables". La résolution, qui renouvelle pour un an le mandat de la mission de l'ONU sur place, souligne "les répercussions négatives (que cette prolifération) a sur la paix et la sécurité régionales et internationales". L'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant a évoqué ensuite devant la presse "des mouvements d'armes sortant de Libye par les frontières Sud à destination de pays de la région". "Nous savons qu'immédiatement après la chute (du colonel Mouammar) Kadhafi, beaucoup d'armes sont allées au Mali et au Niger", a-t-il rappelé. Il a indiqué cependant que le Conseil ne savait pas avec certitude où allaient désormais les armes sortant de Libye. Le Conseil a assoupli un embargo imposé au gouvernement libyen pour lui permettre d'acheter du "matériel militaire non létal" pour ses forces de sécurité, comme des gilets pare-balles ou des véhicules de transport blindés. Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a réaffirmé que son gouvernement s'efforçait d'accélérer l'entraînement de la police et de transférer aux autorités judiciaires des milliers de personnes détenues au secret par des milices depuis la chute de Kadhafi. Dans sa résolution, le Conseil "se déclare profondément préoccupé par les informations faisant état de représailles, de détentions arbitraires (..), d'emprisonnements illégaux, de mauvais traitements, de tortures et d'exécutions extrajudiciaires qui ne cessent de lui parvenir". Il demande à Tripoli de "faire en sorte que les détenus soient placés sous l'autorité de l'Etat" et réclame la "libération immédiate de tous les ressortissants étrangers détenus illégalement en Libye". (PVO)

Nos partenaires