Kerry et ses pairs arabes discutent à Paris de la menace de l'EIIL

26/06/14 à 19:16 - Mise à jour à 19:16

Source: Le Vif

(Belga) Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a réuni jeudi à Paris ses pairs de Jordanie, d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis pour évoquer en urgence la crise irakienne et la menace posée par les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Kerry et ses pairs arabes discutent à Paris de la menace de l'EIIL

Face aux représentants de ces trois pays majoritairement sunnites et alliés des Etats-Unis, M. Kerry a souligné que "l'EIIL ne menace pas seulement l'Irak, mais toute la région", selon un haut responsable du Département d'Etat. M. Kerry, qui recevait ses pairs à la résidence de l'ambassadeur américain à Paris, leur a également rendu compte de sa visite en début de semaine à Bagdad et Erbil (Kurdistan irakien), où il a exhorté les dirigeants irakiens à s'unir pour faire face à l'offensive sunnite déclenchée le 9 juin, dont l'EIIL est le fer de lance. Tous les participants à la réunion ont exprimé leur "inquiétude" face au manque de rassemblement des forces politiques et différentes communautés dans le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri al-Maliki. L'Arabie saoudite notamment a ouvertement accusé ces derniers jours Nouri al-Maliki d'avoir conduit l'Irak au bord du gouffre par sa politique d'exclusion des sunnites, et a réclamé la formation d'un gouvernement d'entente nationale. Sous pression, M. Maliki a, pour la première fois jeudi, jugé nécessaire une solution politique à la crise. Washington a également appelé les leaders arabes à user de leur influence sur les leaders irakiens et les chefs de tribus sunnites, et à lutter contre les financements privés en provenance de leurs pays destinés aux jihadistes. Interrogé sur d'éventuelles frappes aériennes américaines pour stopper les insurgés, un autre responsable du département d'Etat a indiqué que Kerry avait fait savoir à ses homologues que les USA "examinent des cibles potentielles mais qu'aucune décision d'action militaire n'a été prise à ce stade". (Belga)

Nos partenaires