JO de Sotchi: les sportifs homosexuels doivent "respecter la loi russe"

01/08/13 à 16:48 - Mise à jour à 16:48

Source: Le Vif

(Belga) Les sportifs homosexuels sont les bienvenus aux jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie, mais ils doivent "respecter" la nouvelle loi russe qui interdit "la propagande de l'homosexualité", a affirmé jeudi un ministre russe.

JO de Sotchi: les sportifs homosexuels doivent "respecter la loi russe"

"Personne n'interdit aux sportifs qui ont une orientation sexuelle non traditionnelle de venir à Sotchi, mais s'ils sortent dans la rue pour en faire la propagande, ils devront en répondre devant la loi", a prévenu le ministre russe des Sports Vitali Moutko, cité par l'agence de presse R-Sport. Le président russe Vladimir Poutine a promulgué en juin une loi controversée punissant tout acte de "propagande" homosexuelle devant les mineurs, dénoncée comme discriminatoire par les défenseurs des droits de l'Homme. Les étrangers risquent une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 roubles (2.300 euros), et pourront en outre être détenus 15 jours et expulsés. "Un sportif qui vient dans un pays étranger doit respecter ses lois. Venez (à Sotchi), mais n'impliquez pas les jeunes, ne faites pas de la propagande", a insisté le ministre. Fin juillet, la loi a été pour la première fois appliquée à des étrangers en Russie. Quatre Néerlandais, venus tourner un film sur les droits des homosexuels en Russie, ont été accusés de faire "la propagande de l'homosexualité". Interpellés dans un camp de vacances pour jeunes près de Mourmansk où ils participaient à une table ronde consacrée aux droits de l'Homme, ils ont été condamnés à verser chacun une amende de 3.000 roubles (70 euros). Les responsables russes emploient rarement les mots "gays" et "homosexuels", préférant utiliser la formule "orientation sexuelle non traditionnelle". L'homophobie trouve un terrain favorable en Russie, pays où l'homosexualité a été considérée, depuis l'époque soviétique, comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999. (Belga)

Nos partenaires