Ukraine: Au moins 25 morts au cours des violences à Kiev (vidéo)

19/02/14 à 06:48 - Mise à jour à 06:48

Source: Le Vif

Au moins 25 personnes, civils et policiers, ont été tués mardi au cours des violences à Kiev, selon un dernier bilan disponible. Le président ukrainien Ianoukovitch a par ailleurs fait savoir à l'opposant Vitali Klitschko qu'il refusait d'arrêter l'assaut et a réitéré au leader des manifestants sa demande d'évacuer le Maïdan.

Ukraine: Au moins 25 morts au cours des violences à Kiev (vidéo)

© AFP

Quatre manifestants ont été tués au cours de l'assaut donné mardi soir par les forces de l'ordre contre le Maïdan, haut lieu de la contestation dans le centre de Kiev occupé depuis près de trois mois.

"Quatre manifestants ont été tués lors du ratissage du Maïdan", a déclaré Sviatoslav Khanenko, responsable des services médicaux de l'opposition.

Le précédent bilan officiel, publié avant l'assaut, faisait état de cinq civils et sept policiers tués depuis mardi matin.

Deux corps autres ont été par ailleurs retrouvés dans la zone des affrontements, la police assurant qu'ils ne comportaient de traces de mort violente.

A Lviv, un bastion de l'opposition dans l'ouest du pays, les manifestants ont pris d'assaut le siège de l'administration et de la police. Ils auraient également mis la main sur des armes de l'armée dans une unité militaire.

241 blessés hospitalisés

Le président ukrainien a accusé mercredi l'opposition d'avoir lancé une insurrection, alors que les affrontements et un assaut des forces spéciales ont fait au moins 25 morts dans le centre de Kiev occupé par l'opposition.

Le ministère de la Santé a fait état d'un nouveau bilan de 25 morts depuis le regain de violences à Kiev mardi, et de 241 blessés hospitalisés dont 79 policiers et cinq journalistes. Un précédent bilan s'établissait à 18 morts dont 9 policiers. Un journaliste du quotidien ukrainien Vesti a par ailleurs été tué par balles par des inconnus non loin du lieu des affrontements, a indiqué son journal.

Américains et Européens ont sommé le président Viktor Ianoukovitch de reprendre le dialogue avec l'opposition, Moscou accusant à l'inverse les Occidentaux.

Dans son adresse à la Nation diffusée en pleine nuit, après une rencontre sans résultat avec les chefs de l'opposition, le président Ianoukovitch les a accusés d'avoir "franchi les limites" en appelant selon lui à une "lutte armée" pour prendre le pouvoir. Il a assuré que les coupables "comparaîtraient devant la justice".

Les violences ont commencé par des affrontements mardi aux environs du parlement et ont été suivies dans la soirée par l'assaut policier contre l'épicentre de la contestation. Manifestants et policiers continuaient de se faire face sur la place mercredi matin, sans affrontements violents.

En savoir plus sur:

Nos partenaires