Thaïlande : l'opposition annonce le boycott des législatives

21/12/13 à 12:23 - Mise à jour à 12:23

Source: Le Vif

L'opposition thaïlandaise a annoncé samedi son boycott des législatives anticipées proposées par la Première ministre comme une sortie de crise, poussant la Thaïlande vers l'impasse politique, à la veille d'une grande manifestation à Bangkok.

Thaïlande : l'opposition annonce le boycott des législatives

© Reuters

"Les Démocrates ne présenteront pas de candidats aux élections du 2 février 2014", a déclaré devant la presse Abhisit Vejjajiva, chef du Parti démocrate, dont les quelque 150 députés avaient démissionné en bloc au début du mois, conduisant à l'annonce d'élections anticipées. "Ces élections ne résoudront pas les problèmes de notre pays, pas plus qu'elles ne conduiront à une réforme ou ne rendront aux gens la foi dans la politique", a-t-il ajouté à l'issue d'une réunion du parti. Il a insisté sur le fait que la crise relevait du gouvernement en place, dont les manifestants réclament le départ sans faiblir.

Cette annonce de boycott intervient alors que l'opposition devait reprendre dimanche le chemin des manifestations de masse. Elle a mobilisé jusqu'à 180.000 manifestants, selon la police, aux jours de pointe d'un mois et demi de protestation. Les manifestants réclament la tête de la Première ministre, Yingluck Shinawatra, qu'ils accusent d'être la marionnette de son frère, Thaksin Shinawatra, ex-Premier ministre lui aussi, renversé par un coup d'Etat en 2006.

Les opposants sont allés jusqu'à prendre temporairement des ministères, et même le siège du gouvernement, réclamant jusqu'ici en vain l'intervention de l'armée en faveur d'un coup. Alliance de représentants de l'élite de Bangkok votant traditionnellement pour le Parti démocrate, d'ultra-royalistes et de Thaïlandais assimilant le "régime Shinawatra" à une ère de corruption sans fin, les manifestants réclament le départ de d'Yingluck Shinawatra. Celle-ci l'a exclu, jouant jusqu'ici sur l'épuisement du mouvement de contestation.

Cette décision de boycott par le Parti Démocrate risque de plonger un peu plus dans la crise la Thaïlande, pays sans tradition de discussion politique, où la société est divisée entre pro et anti-Thaksin.

Nos partenaires