Rencontre Trump/Poutine au Vietnam ? Le grand flou

10/11/17 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Afp

Après une rencontre en juillet en Allemagne, Donald Trump retrouvera-t-il Vladimir Poutine cette semaine au Vietnam? Washington et Moscou ont envoyé vendredi des signaux contradictoires.

Rencontre Trump/Poutine au Vietnam ? Le grand flou

© Belga

Les interactions entre le locataire de la Maison Blanche et l'homme fort du Kremlin sont scrutées à la loupe en raison en particulier de l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine.

Les deux dirigeants participent au sommet de l'Asie-Pacifique (Apec) à Danang, ville côtière du centre du Vietnam.

"Aucune rencontre n'a jamais été confirmée et il n'y en aura pas en raison de problèmes d'agenda des deux côtés", a lancé Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif américain, à bord d'Air Force One.

Mais Moscou a immédiatement réagi, assurant qu'un face-à-face était toujours à l'ordre du jour.

"Nous recevons des informations contradictoires de la part de nos collègues américains", a déclaré Dmitry Peskov, porte-parole de M. Poutine. "D'une manière ou d'aune autre, une rencontre aura lieu en marge du sommet".

Comme souvent en diplomatie, tout pourrait être affaire in fine de nuances sémentiques.

"Ils seront au même endroit. Vont-ils se croiser à un moment et se saluer ? C'est tout à fait possible et même probable", a affirmé Sarah Sanders, relancée sur le sujet.

Lors d'un échange avec les journalistes dimanche, M. Trump avait clairement évoqué cette rencontre.

"Je pense qu'il est prévu que je rencontre Poutine, oui", avait-t-il affirmé. "Nous voulons l'aide de Poutine sur la Corée du Nord", avait-il ajouté.

Jeudi, depuis Pékin, il a de nouveau appelé Moscou à augmenter la pression sur le régime de Pyongyang pour aider à résoudre "cette situation potentiellement dramatique".

Le procureur spécial Robert Mueller a donné un coup d'accélérateur à son enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine avec l'inculpation fin octobre de trois anciens conseillers de M. Trump.

Nos partenaires