Pays-Bas : le suspect présumé de la menace de fusillade dans une école de Leiden arrêté

22/04/13 à 14:11 - Mise à jour à 14:11

Source: Le Vif

Un ancien élève d'une école britannique des Pays-Bas, exclu de cet établissement en raison d'"incidents liés à son comportement", a été interpellé lundi par la police néerlandaise après qu'une menace sur internet eût mené au déploiement de policiers armés et à la fermeture des écoles secondaires de la ville de Leiden (ouest).

Pays-Bas : le suspect présumé de la menace de fusillade dans une école de Leiden arrêté

© Image Globe

"La police nous a informé qu'un ancien élève de l'école britannique aux Pays-Bas (BSN) a été interpellé en lien avec les menaces formulées contre une école néerlandaise de Leiden" (ouest) sur internet, a annoncé elle-même l'école britannique, située à mi-chemin entre La Haye et Leiden, dans un communiqué.

La police locale a confirmé que quelqu'un avait été interpellé dans cette affaire, sans pour autant donner plus de détails. "Quelqu'un a été interpellé en lien avec les menaces et nous continuons nos enquêtes", s'est contenté de dire une porte-parole. "Cet étudiant avait été exclu définitivement de la BSN en octobre 2011 à la suite d'incidents concernant son comportement", a de son côté souligné l'école sans préciser l'âge de cet ancien élève : "il n'a donc plus fréquenté l'école depuis plus d'un an".

"La police nous a assuré que l'école britannique et ses élèves n'avait jamais été menacés", a poursuivi la même source : "l'école était ouverte comme d'habitude et les leçons se poursuivent comme d'habitude". Fondée en 1931, l'établissement privé assure sur son site internet accueillir des élèves de 80 nationalités différentes.

Toutes les écoles fermées

La police, le parquet, la municipalité et les directeurs d'école avaient décidé dès dimanche soir de fermer les écoles secondaires de Leiden, plus d'une vingtaine au total, lors de la journée de lundi, à la suite de menaces publiée sur internet. Des policiers armés ont en outre été déployés lundi devant les écoles secondaires de la ville. "Demain, je tirerai sur mon professeur et sur autant d'étudiants que possible", assure un message de menace publié dans le courant du week-end sur le site américain 4chan.org. "C'est une école dans une ville néerlandaise appelée Leiden, et j'utiliserai un Colt Defender de 9 mm", précise l'auteur.

Le maire de Leiden Henri Lenferink a expliqué que les mesures de sécurité prises à Leiden l'avaient été "par précaution". "Il est bien sûr possible que ce soit une blague morbide", a-t-il souligné. "C'est le dilemme cornélien devant lequel nous nous trouvions hier soir : d'un côté, ce que nous faisons actuellement est une forme d'exagération, mais de l'autre, personne ne veut prendre de risques". Les directeurs des écoles secondaires devaient tenir une nouvelle réunion lundi en cours de journée afin de décider si les écoles resteront fermées mardi ou rouvriront leurs portes.

Les écoles primaires sont quant à elles restées ouvertes, même si certaines ont décidé de ne pas laisser les enfants jouer à l'extérieur. Certains parents ont décidé de garder leurs enfants à la maison pour la journée. "Nous avons reçu le tuyau de la part de la police de Zürich, qui surfait sur internet et est tombée sur ce message", a expliqué le maire Lenferink. Le FBI a été contacté, le message ayant été publié sur un site internet américain.

Le site internet 4chan.org est un forum de discussions couvrant de nombreux sujets comme les jeux vidéo, le sport, la bande dessinée japonaise et la pornographie, notamment. Une précédente menace avait été postée en 2009 sur ce site internet par un jeune homme de 18 ans qui menaçait d'ouvrir le feu dans une école de Breda, dans le sud des Pays-Bas. Le jeune homme avait été arrêté rapidement et avait assuré qu'il s'agissait d'une "blague".

Le 9 avril 2011, un homme de 24 ans avait ouvert le feu dans un centre commercial d'Alphen aan de Rijn, dans l'ouest des Pays-Bas et avait fait six morts avant de se suicider. Cette fusillade avait endeuillé le pays, le Premier ministre lui-même ayant participé à une veillée organisée dans cette petite ville.

En savoir plus sur:

Nos partenaires