Live Obama souhaite "le succès" de Trump, Clinton sort du silence

08/11/16 à 06:50 - Mise à jour à 09/11/16 à 22:13

Après sa défaite face au candidat républicain Donald Trump, qui deviendra le 45e locataire de la Maison-Blanche, Hillary Clinton s'est adressée à ses partisans dans un hôtel de New York. Les États-Unis "sont plus divisés que nous ne le pensions", a-t-elle notamment déclaré.

Obama souhaite "le succès" de Trump, Clinton sort du silence

© AFP

  • Anthony Planus

    Wall Street en nette hausse après l'élection de Trump

    Wall Street a déjoué la plupart des pronostics mercredi en réagissant par une nette hausse à l'élection de Donald Trump à la présidence américaine, au point de presque battre un record: le Dow Jones a pris 1,39% et le Nasdaq 1,11%.

    Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 254,65 points à 18.587,39 points, à une cinquantaine de points de son record de clôture, et le Nasdaq, à dominante technologique, 57,58 points à 5.251,07 points.

  • Anthony Planus

    Trump atteint 290 grands électeurs, Clinton 228

    Le républicain Donald Trump a été élu mercredi matin président des Etats-Unis en remportant 290 grands électeurs, dépassant les 270 nécessaires pour entrer à la Maison Blanche le 20 janvier prochain, contre 228 à sa rivale démocrate Hillary Clinton.

    A 20H30 GMT, il ne restait plus à attendre que les résultats dans les Etats du Michigan (nord, 16 grands électeurs) et du New Hampshire (nord-est, 4 grands électeurs) pour compléter la nouvelle carte des 538 grands électeurs des Etats-Unis.

  • Anthony Planus

    Le président mexicain et Trump vont se rencontrer

    Le président mexicain Enrique Peña Nieto et Donald Trump ont convenu de se rencontrer, a annoncé mercredi à Mexico le chef d'Etat mexicain, félicitant le président américain nouvellement élu.

    "Nous avons convenu avec le président élu de nous réunir de préférence durant la période de transition (avant la prestation de serment en janvier, ndlr) pour définir avec clarté la direction que prendra la relation entre les deux pays", a déclaré M. Peña Nieto lors d'une conférence de presse, qualifiant de "cordiale, amicale et respectueuse" la conversation téléphonique avec celui qui, durant la campagne, avait copieusement insulté les Mexicains.

    "Je suis optimiste. Il est clair qu'une nouvelle étape s'ouvre avec l'arrivée d'un gouvernement mais je crois aussi qu'il y a une grande opportunité" pour le développement des relations entre les deux pays, a poursuivi le chef d'Etat mexicain.

    Une source proche du gouvernement, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué que les deux hommes n'avaient pas abordé la question du mur de la discorde que Trump a promis de construire à la frontière mexicaine et de faire payer au Mexique.

  • Anthony Planus

    À Cuba, on redoute un "retour en arrière"

    "Coup dur", "pas en arrière", les Cubains redoutaient mercredi de voir réduits à néant les efforts de rapprochement entre leur pays et les Etats-Unis, après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine.

    Lire la suite

  • Anthony Planus

    L'UE invite Trump à Bruxelles

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil, Donald Tusk, ont invité mercredi Donald Trump, élu président des Etats-Unis, à un sommet UE-USA en Europe dès que possible.

    Dans une lettre commune félicitant M. Trump pour sa victoire, MM. Juncker et Tusk l'"invitent à se rendre en Europe pour un sommet UE-USA dès que cela lui conviendra", soulignant qu'"il est plus important que jamais de renforcer les relations transatlantiques".

    "Je ne crois pas qu'un pays aujourd'hui puisse prétendre à être grand en restant isolé", a plaidé M. Tusk, en faisant allusion au slogan électoral de Donald Trump "Rendre sa grandeur à l'Amérique" (Make America great again). "L'Europe et les Etats-Unis n'ont tout simplement pas d'autre option que de coopérer aussi étroitement que possible", a ajouté le président du Conseil européen, au nom des 28 Etats membres, dans une déclaration.

    Mais M. Tusk n'a pas caché ses préoccupations: "Tout en respectant le choix démocratique du peuple américain, nous sommes en même temps conscients des nouveaux défis que ce résultat apporte. L'un d'entre eux est ce moment d'incertitude sur l'avenir de nos relations transatlantiques", a-t-il admis.

    Evoquant le choc encore récent du Brexit, qui a sérieusement ébranlé l'UE, M. Tusk a averti que "les événements des derniers jours et mois doivent être considérés comme un signal d'alarme pour tous ceux qui croient dans la démocratie libérale".

    "C'est seulement en coopérant étroitement que l'UE et les USA peuvent continuer à faire la différence pour relever des défis sans précédent, comme Daech (acronyme de l'organisation Etat islamique, EI), les menaces sur la souveraineté et la territorialité de l'Ukraine, le changement climatique et la migration", détaillent MM. Tusk et Juncker dans leur lettre communes.

  • Anthony Planus

    L'Exécutif des musulmans espère "qu'il ne s'agissait que de promesses"

    "Nous espérons qu'il ne s'agissait que de promesses de campagne et que Donald Trump prendra ses responsabilités en tant que président", a commenté mercredi le président de l'exécutif des musulmans de Belgique après l'élection du candidat républicain à la présidence des Etats-Unis. Durant la campagne, celui-ci avait promis d'expulser les réfugiés musulmans et d'empêcher l'entrée de visiteurs de cette confession jusqu'à nouvel ordre.

    "J'espère que Trump va réaliser que le monde n'est pas aussi simple qu'il se l'imagine", commente Salah Echalloloui. "Qu'il comprenne que l'humanité est diverse et que sans cette diversité il n'y aurait pas de paix dans le monde. L'Amérique est un pays caractérisé par la diversité religieuse", rappelle-t-il.

  • Anthony Planus

    Obama souhaite le "succès" de Trump

    Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mercredi que l'Amérique toute entière souhaitait le "succès" de Donald Trump, se déclarant "encouragé" par les premiers propos de ce dernier.

    "Tout le monde est triste après avoir perdu une élection, mais le jour suivant nous devons nous rappeler que nous ne formons en réalité qu'une seule équipe", a déclaré M. Obama lors de brèves remarques, dans une atmosphère lourde, depuis les jardins de la Maison Blanche.

    Souhaitant une transition en douceur avec le milliardaire populiste dont il avait affirmé pendant la campagne qu'il représentait une menace pour la démocratie, M. Obama a insisté sur la capacité de l'Amérique à se rassembler à l'issue d'une campagne, aussi acrimonieuse soit-elle. "Nous ne sommes pas d'abord démocrates ou d'abord républicains. Nous sommes d'abord Américains. Nous voulons tous le meilleur pour ce pays. C'est ce que j'ai entendu dans le discours de M. Trump hier et lorsque je lui ai parlé directement. Et j'ai été encouragé par cela", a expliqué le 44e président des Etats-Unis, qui quittera le pouvoir dans deux mois et demi.

    "Ce n'est un secret pour personne que le président élu et moi-même avons des différences de vue très marquées", a-t-il noté, tout en soulignant que, il y a huit ans, il avait également des divergences profondes avec George W. Bush.

    Relevant que la transition d'alors s'était passée sans heurts, il a indiqué avoir demandé à ses équipes de "suivre cet exemple" et faire tout son possible pour que la transition soit "couronnée de succès".

    M. Obama, qui a souligné combien il était "fier" de la candidature historique d'Hillary Clinton, a invité M. Trump à lui rendre visite jeudi à la Maison Blanche.

  • Anthony Planus

    Le discours de Barack Obama en vidéo

    Le président des États-Unis Barack Obama s'est exprimé après la victoire électorale de Donald Trump.

  • Anthony Planus

    Clinton: "J'espère qu'il va réussir en tant que président de tous les Américains"

    La candidate démocrate battue à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, a proposé mercredi de travailler avec son rival victorieux, Donald Trump, à qui elle a souhaité une présidence réussie.

    "J'espère qu'il va réussir en tant que président de tous les Américains", a déclaré Mme Clinton, visiblement émue, en estimant par ailleurs que cette élection avait montré que les Etats-Unis étaient "plus divisés que nous ne le pensions".

    Elle a ajouté que les Américains devaient faire preuve d'"ouverture d'esprit" à la perspective d'une présidence Trump, à qui ils devaient "offrir sa chance de diriger" le pays.

    C'était la première fois que Mme Clinton s'exprimait en public depuis l'annonce de sa déroute électorale. Elle est apparue sur la scène d'un hôtel de Manhattan, non loin de l'endroit où elle aurait célébré sa victoire si les sondages ne s'étaient pas trompés à ce point sur son compte.

    Le transfert pacifique du pouvoir a une "valeur sacrée" dans la démocratie américaine, a également assuré la candidate malheureuse, qui a finalement échoué à devenir la première femme présidente des Etats-Unis.

    "Nous n'avons pas encore brisé le plus haut et le plus dur des plafonds de verre mais, un jour, quelqu'un le fera et, espérons-le, plus tôt qu'on ne l'imagine".

    Un des responsables de la communication de l'équipe Trump, a twitté: "discours de très grande tenue de @HillaryClinton. Une étape importante pour ressouder notre pays".

  • Anthony Planus

    Paul Ryan, homme fort du Congrès, va conserver son poste

    Paul Ryan, le président de la majorité républicaine de la Chambre des représentants américaine, qui entretenait des relations notoirement tendues avec Donald Trump, s'est dit "très excité à l'idée de travailler" avec le président élu, lors d'une conférence de presse mercredi.

    Nous avons eu d'excellentes conversations sur la manière dont nous allons travailler ensemble à la transition", a ajouté M. Ryan dans sa première allocution après l'élection surprise de Donald Trump à la présidence. Dans le même temps, son porte-parole a déclaré que Paul Ryan prévoyait de "conserver sa place de +speaker+", l'homme fort du Congrès où les républicains vont toujours contrôler les deux chambres.

  • Anthony Planus

    Les USA "sont plus divisés que nous ne le pensions"

    Cette élection a montré que les Etats-Unis "sont plus divisés que nous ne le pensions"

  • Anthony Planus

    Hillary Clinton remercie les Obama

    Hillary Clinton remercie Barack et Michelle Obama, ainsi que ses proches.

  • Anthony Planus

    Clinton offre de travailler avec Donald Trump

    Clinton offre de travailler avec Donald Trump et lui souhaite de réussir.

  • Anthony Planus

    Tim Kaine prend la parole

    Le colistier d'Hillary Clinton, Tim Kaine, prend la parole avant de présenter la candidate malheureuse de la présidentielle.

  • Le discours d'Hillary Clinton en vidéo

    Hillary Clinton, candidate démocrate malheureuse à la course à la Maison Blanche face au républicain Donald Trump, s'exprimée à New York devant ses partisans, a annoncé son équipe de campagne.

  • Réunion spéciale dimanche des chefs de la diplomatie de l'UE

    Le ministère allemand des Affaires étrangères a indiqué mercredi qu'une réunion spéciale des chefs de la diplomatie de l'Union européenne se tiendrait dimanche à la suite de la victoire surprise de Donald Trump à la présidentielle américaine. Elle aura lieu à Bruxelles, à la veille d'un conseil ordinaire.

    Précédemment, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini avait indiqué que l'Union européenne allait "continuer à travailler" avec les Etats-Unis après la victoire du républicain populiste Donald Trump.

    L'Allemagne, par la voix de sa chancelière Angela Merkel, a pour sa part averti mercredi M. Trump qu'une future "coopération étroite" entre leurs deux pays devrait se fonder sur les valeurs communes démocratiques. Elle a rappelé au président élu sa "responsabilité" au niveau mondial.

    Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a lui dit s'attendre à des temps "plus difficiles" sur le plan international avec l'arrivée à la Maison Blanche du milliardaire américain.

  • L'ONU compte sur Trump pour lutter contre le changement climatique

    L'ONU compte sur le président élu des Etats-Unis Donald Trump pour l'aider à lutter contre le réchauffement climatique et à promouvoir les droits de l'homme, a déclaré mercredi le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

    "L'ONU compte sur la nouvelle administration pour renforcer la coopération internationale au moment où nous oeuvrons ensemble afin de soutenir des valeurs communes, combattre le changement climatique (et) promouvoir les droits de l'homme", a-t-il affirmé dans une brève déclaration à la presse.

    Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU.

    Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU. © Reuters

  • Pourquoi Donald Trump est-il élu président alors qu'Hillary Clinton compte plus de voix ?

    Donald Trump sera le prochain président des États-Unis. Pourtant, Hillary Clinton a remporté un peu plus de voix au niveau national. Ce n'est que la cinquième fois de l'histoire qu'un tel scénario se produit.

    Lire l'article ici

    Hillary Clinton

    Hillary Clinton © REUTERS

  • "Donald Trump semble penser comme Jean-Luc Dehaene"

    Pour Tanguy de Wilde, professeur de géopolitique, le président Trump pourrait bien tourner le dos aux promesses du candidat Trump. " Ses futurs conseillers lui diront qu'un retrait des Etats-Unis de la scène internationale serait un facteur très déstabilisant, y compris pour le pays. "

    Lire son interview ici

  • Revue de presse: entre "Trumpocalypse" et "revanche des petites gens"

    Certains en font une "tragédie", une "catastrophe", d'autres "la victoire de la colère" et "la revanche" des petites gens, mais la presse mondiale s'accordait mercredi à voir avant tout dans la victoire de Donald Trump le triomphe du populisme et l'arrivée d'une présidence imprévisible.

    Lire l'article ici

Nos partenaires