Nouvelle déclaration choc du président tchétchène sur les homosexuels

17/07/17 à 15:55 - Mise à jour à 19/07/17 à 11:48

Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, s'est encore illustré en tenant des propos d'une rare violence à l'encontre des homosexuels, lors d'une interview à la chaine américaine HBO.

Nouvelle déclaration choc du président tchétchène sur les homosexuels

Interview du président tchétchène Ramzan Kadyrov © HBO

Pour sa première interview donnée à un média outre-Atlantique, Ramzan Kadyrov a accepté l'invitation de la chaine HBO. L'émission de la chaine américaine s'intéresse principalement à l'amour de la Tchétchénie pour la MMA, ce sport de combat ultra violent, fortement plébiscité (et même animé) par le président lui-même.

Mais lors d'une interview en tête à tête avec M.Kadyrov, le journaliste Bryant Gumbel a tout de même évoqué le sort de ces centaines d'homosexuels, que la communauté internationale suspectent d'être détenus et torturés en Tchétchénie.

C'est la première fois que Ramzan Kadyrov répond à ces accusations face à des caméras occidentales. Et sa réponse fait froid dans le dos.

Lorsque M.Gumbel évoque les cas de torture, le président tchétchène éclate de rire, avant de demander à son équipe, hors champ caméra : "Qu'est-ce qu'il vient faire ici ? C'est quoi le but de ces questions ?" avant de se retourner vers le journaliste, et de le fixer d'un regard glaçant en disant : "Ça n'a aucun sens, nous n'avons pas de gays ici. S'il y en a, prenez-les au Canada. Emmenez les loin, que nous ne les ayons pas à la maison, afin de purifier notre sang "

Bryant Gumbel ne se démonte pas et insiste. Cette fois-ci il évoque les récits de ceux qui assurent avoir été torturés et détenus par le gouvernement tchétchène, et dont les témoignages ont été publiés par le journal d'opposition russe, Novaïa Gazeta.

"Ces personnes sont le diable, ils sont à vendre, ce ne sont pas des hommes. Que Dieu les punisse pour ce dont ils nous accusent. Ils devront en répondre devant Dieu"

Une façon pour Ramzan Kadyrov de nier en bloc les accusations, à l'heure où le nombre de témoignages augmente à un rythme inquiétant.

Eléonore Loisel

Nos partenaires