MH370 : six façons d'éviter de perdre un avion à nouveau

08/04/14 à 11:52 - Mise à jour à 11:52

Source: Le Vif

Des experts proposent six changements pour éviter de perdre à nouveau un avion de ligne.

MH370 : six façons d'éviter de perdre un avion à nouveau

© Reuters

Voilà tout juste un mois que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a disparu. D'ici quelques heures, la boîte noire de l'avion cessera d'émettre sa position. Mais comment éviter qu'un tel scénario ne se reproduise ? La journaliste Katia Moskvitch a interrogé plusieurs experts aéronautiques pour la BBC. Elle a identifié six façons d'éviter de perdre à nouveau un avion de ligne.

Modifier les boîtes noires

Il est assez facile de trouver une boîte noire quand le lieu du crash est connu. Mais dans le cas du vol MH370, personne ne sait où se trouve l'épave du Boeing 777. La première façon de ne plus perdre un avion serait donc d'améliorer les boîtes noires qu'ils embarquent. "Il faudrait utiliser des transmetteurs détachables qui déterminent la position exacte de l'épave. Les balises devraient être placées sur la queue de l'avion, c'est la partie qui résiste le mieux à un accident", propose Paul Beaver, directeur d'une compagnie aérienne.

Dans quelques heures, la boîte noire du Boeing de la Malaysia Airlines cessera d'émettre sa position. La durée de vie des batteries est un autre élément à améliorer. "Elles pourraient fonctionner à l'eau de mer, à l'énergie solaire ou utiliser des batteries lithium de longue durée", suggère Paul Beaver.

"Actuellement, les boîtes noires envoient un signal sonar toutes les secondes. Il suffirait qu'elles envoient le signal toutes les dix secondes pour que la durée de vie passe d'un mois à un an. C'est simple et ça ne coûte rien", affirme Mischa Dohler, professeur au King's College de Londres.

L'équipage ne doit pas pouvoir rompre la communication

Pour l'instant, l'équipage peut rendre l'avion presque invisible aux radars. "Éteindre l'un des systèmes embarqués peut rendre sa localisation très difficile. Ça ne devrait pas être possible", estime David Cenciotti, rédacteur pour le site TheAviationist. "Si on introduit un nouveau système pour localiser la boîte noire, personne ne devrait pouvoir l'éteindre", estime le rédacteur.

Facile et peu coûteux : la localisation GPS

Tous les avions de ligne embarquent déjà des systèmes satellites. Une solution simple serait d'abonner les compagnies aériennes au service de localisation GPS. "Le service est proposé par les compagnies de satellites et ne coûte pas grand-chose. Les coordonnées GPS seraient transmises à intervalles réguliers. Toutes les heures quand tout va bien, et en continu lorsqu'il y a un problème", propose le professeur Mischa Dohler.

"Les navires utilisent déjà ce système de localisation", explique Phil Davies, président de l'Association Aéronautique Royale britannique. "Ce n'est qu'une question de temps avant que ce système soit utilisé dans l'aviation. La technologie est relativement simple", précise-t-il.

Transmettre les données en temps réel

"Les avions actuels proposent un tas de services à leurs passagers : des médias interactifs, des films, internet... Vous pouvez même utiliser un téléphone satellite à partir de votre siège", explique David Cenciotti. "Pourquoi ne pas utiliser ces moyens de communication pour transmettre les enregistrements du cockpit et les données de vol en temps réel ?", propose le rédacteur. L'idée est bonne, mais les communications satellites coûtent cher.

La transmission déclenchée

Cette technique a le mérite d'être moins coûteuse. Les données de vol ne seraient transmises que lorsque quelque chose d'inhabituel se passerait. "Le système surveille les paramètres de vol, comme l'altitude, la vitesse, le roulis, etc. Et lorsqu'il identifie quelque chose d'anormal, le système envoie un signal d'alerte aux tours de contrôle", explique Matthew Greaves, de l'Université de Cranfield.

Ce système a été proposé par le Bureau d'Enquête et d'Analyse français suite à l'accident du vol 447 d'Air France. Il a l'avantage de limiter les informations qui sont transmises. Le défi est d'éviter les fausses alertes. "Nous y travaillons. Nous espérons rendre le système obligatoire pour les nouveaux avions d'ici la fin de l'année", précise Matthew Greaves.

Photographier les océans en continu

Trouver les débris du vol MH370 s'est révélé être très compliqué. "Plusieurs experts ont proposé de prendre des images en continu de toute la surface de la Terre", explique Pat Norris, membre de l'Association Aéronautique Royale britannique. "L'imagerie par satellite ne fonctionnerait qu'à la lumière du jour, mais on verrait au moins les avions volant au-dessus des nuages", précise-t-elle.

Nos partenaires