Manuel Valls "La place des français juifs, c'est la France"

16/02/15 à 12:08 - Mise à jour à 12:38

Suite à la profanation ce dimanche 15 février de centaines de tombes juives dans le Bas-Rhin en France, dans la région de l'Alsace, Manuel Valls a tenu à s'exprimer sur RTL ce lundi matin.

Manuel Valls "La place des français juifs, c'est la France"

Le Premier ministre s'est exprimé ce matin au micro de RTL. © Reuters

Le Premier ministre français confirme, dans son interview, que les actes produits ce week-end étaient effectivement des agissements antisémites. Par ailleurs, il lance un appel aux juifs de France "la France est blessée, comme vous, et la France ne veut pas votre départ."

Les populations juives sont largement convoitées par Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, qui avait notamment déclaré dimanche qu'il était prêt à accueillir en masse les juifs d'Europe sur les terres d'Israël, suite à la fusillade qui a eu lieu devant une synagogue de Copenhague.

Ce matin, le Premier ministre a donc tenu à rassurer la population juive de France et leur a demandé de ne pas quitter l'Hexagone : "un juif qui part de France, c'est un morceau de France qui s'en va", a-t-il déclaré.

Suite aux fusillades qui ont eu lieu à Copenhague et aux attentats de Paris de janvier dernier, la lutte contre le terrorisme a été largement déployée dans toute l'Europe. Manuel Valls ne manque d'ailleurs pas d'ajouter que "cette menace reste particulièrement élevée" et qu'"il faut s'habituer à vivre avec cette menace."

"Islamo-fascisme"

Dans son interview, le ministre aborde notamment la difficulté qu'ont certains musulmans à se protéger de tous ces amalgames formulés à leur égard. Manuel Valls prône la mobilisation autour de laïcité et ajoute qu'"il faut que l'Islam assume, qu'il prenne totalement ses responsabilités, c'est ce que demandent d'ailleurs l'immense majorité de nos compatriotes musulmans".

C'est ce matin également que Manuel Valls a utilisé le terme "islamo-fascisme" pour la toute première fois. Il déclare sur RTL qu'il s'agit bien d'un phénomène contre lequel la France et l'Europe doivent faire face et surtout lutter.

Depuis janvier, l'Europe ressent un moment de tension intense au sein de ses populations juives. Selon le Conseil représentatif des institutions juives de France, le nombre d'actes avec violences physiques est passé de 105 en 2013 à 241 en 2014, soit une hausse de 130 %.

E.C.

En savoir plus sur:

Nos partenaires