Le Japon et le fléau des prédateurs des trains

09/01/18 à 10:50 - Mise à jour à 10:56
Du Le Vif/L'Express du 04/01/18

Le phénomène #MeToo a démontré que l'affaire Weinstein, révélée en 2017, ne représentait que la face visible d'une pratique de violences contre les femmes répandue dans toutes les couches de la société.

Une illustration saisissante en est encore fournie par le récit de la Japonaise Kumi Sasaki. Elle a été victime dès l'âge de 12 ans d'agressions sexuelles par des prédateurs dans les trains à l'heure du rush des transhumances professionnelles à Tokyo, dénommés Tchikan, titre de son ou...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires