Le film anti-islam : les troubles se propagent dans d'autres pays musulmans

13/09/12 à 13:52 - Mise à jour à 13:52

Source: Le Vif

Les protestations contre un film dénigrant l'islam se sont étendues jeudi à plusieurs pays musulmans, des manifestants en colère prenant brièvement d'assaut l'ambassade américaine à Sanaa et d'autres se heurtant à des policiers devant celle du Caire.

Le film anti-islam : les troubles se propagent dans d'autres pays musulmans

© Reuters

Des rassemblements contre ce film produit aux Etats-Unis ont aussi eu lieu dans la ville irakienne de Najaf et à Téhéran, au surlendemain d'une manifestation devant le consulat américain de Benghazi en Libye durant laquelle des hommes armés ont attaqué le bâtiment tuant l'ambassadeur.

Le long métrage "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"), dont des extraits sont diffusés sur internet, a provoqué des réactions de colère parfois violentes dans les pays arabes et musulmans. Réalisé par un cinéaste qui se présente comme Américano-israélien, le film s'apparente à une attaque grossière ironique et à faible budget contre l'islam. Des acteurs parlant anglais avec l'accent américain y présentent les musulmans comme immoraux et gratuitement violents.

Aux cris de "O prophète, O Mahomet", et "Khaybar Khaybar (nom d'une bataille entre les premiers musulmans et les juifs) O juifs, l'armée de Mahomet est de retour", des jeunes en colère ont pénétré dans l'enceinte de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa et mis le feu à trois voitures.

La police, tirant en l'air et faisant usage de canons à eau, a réussi à disperser rapidement les manifestants qui n'ont pas opposé une grande résistance, selon un correspondant de l'AFP sur place. Deux manifestants ont été blessés alors que de la fumée s'élevait du complexe de l'ambassade.

Au Caire, des heurts se poursuivaient aux abords de l'ambassade des Etats-Unis entre manifestants et la police qui a fait usage de gaz lacrymogène. D'après le ministère de la Santé, 13 personnes ont été blessées dans ces violences sporadiques qui ont commencé dans la nuit. Le président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, a condamné les "atteintes" au prophète Mahomet tout en rejetant la violence, alors que les manifestations avaient commencé mardi soir au Caire devant la chancellerie.

"Il est de notre devoir de protéger nos hôtes et ceux qui viennent de l'étranger (...), et j'appelle tout le monde à prendre cela en compte, à ne pas contrevenir à la loi en Egypte et (...) à ne pas agresser les ambassades", a lancé M. Morsi dans une allocution télévisée. Les puissants Frères musulmans égyptiens, dont est issu M. Morsi, ont appelé à des manifestations vendredi à travers pour protester contre ce film, alors que l'on craint de nouvelles tensions entre musulmans et chrétiens coptes.

En Iran, ennemi juré des Etats-Unis où le film a été qualifié d'"ignoble" par les autorités, quelque 500 personnes ont manifesté à l'appel d'une association étudiante islamique radicale près de l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran. Plus de 200 policiers anti-émeute et pompiers ont empêché les manifestants qui criaient "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël" de s'approcher de la chancellerie dont le personnel a été évacué par précaution, selon un photographe de l'AFP.

En Irak voisin, des centaines de sympathisants du leader chiite Moqtada Sadr ont également manifesté dans la ville irakienne de Najaf, scandant des slogans hostiles aux Etats-Unis et à Israël. Dans un communiqué, le très influent Moqtada Sadr a demandé au gouvernement d'interdire l'accès au territoire irakien à tout citoyen américain et appelé le parlement à voter une loi qui interdirait à l'Irak d'entretenir des relations avec les pays dans lesquels "le prophète et l'islam sont insultés".

De crainte d'émeutes à Kaboul, le président afghan Hamid Karzaï a reporté une visite alors que plusieurs pays d'Asie, dont le Pakistan, ont renforcé la sécurité autour des missions diplomatiques américaines.

L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé de la planète, s'est jointe à l'Afghanistan pour demander au site de partage de vidéos YouTube de bloquer la diffusion du film polémique.

Les protestations contre le film "Innocence of Muslims" avaient déjà provoqué mercredi des rassemblements devant des représentations américaines à Casablanca, Tunis et Khartoum. Le président américain Barack Obama a demandé de renforcer la protection des ambassades des Etats-Unis à travers le monde après l'attaque en Libye et les manifestations dans d'autres pays musulmans. M. Obama a demandé à la Libye de collaborer avec Washington afin d'arrêter et de traduire en justice les auteurs des meurtres de l'ambassadeur américain et de trois autres Américains à Benghazi. Selon un responsable américain, des extrémistes se sont servis d'une manifestation contre le film devant le consulat de Benghazi, comme d'un "prétexte" pour s'en prendre au consulat avec des armes de petit calibre mais aussi des lance-roquettes.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires