Lampedusa : Reynders pour une politique européenne de l'immigration globale

05/10/13 à 15:45 - Mise à jour à 15:45

Source: Le Vif

Les événements de Lampedusa "soulignent tragiquement la nécessité d'une politique européenne de l'immigration globale, solidaire et équilibrée, le contrôle des frontières extérieures ne constituant qu'un des éléments de cette politique", a indiqué samedi le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders dans un communiqué.

Lampedusa : Reynders pour une politique européenne de l'immigration globale

© Image Globe

Exprimant sa profonde tristesse, le vice-premier ministre belge a ajouté que l'Union devait "prévenir la répétition de tels drames notamment en luttant plus fermement contre les réseaux criminels qui exploitent la détresse des migrants, en développant des programmes permettant d'améliorer les conditions de vie dans les régions d'origine, et en renforçant son dialogue et sa coopération avec les pays d'origine et de transit".

Les pays européens doivent "vite" se réunir pour trouver la "bonne réponse" après le dramatique naufrage, a estimé pour sa part le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault

Selon le chef du gouvernement français, "c'est un drame terrible, qui ne peut que soulever notre compassion, notre solidarité, mais au-delà des mots, je crois qu'il est important que l'Europe se préoccupe de cette situation particulièrement dramatique".

Parti des côtes libyennes, un bateau clandestin chargé de 450 à 500 migrants en majorité érythréens a coulé après un incendie accidentel jeudi à l'aube, non loin des côtes de Lampedusa. Les secouristes n'ont réussi à sauver que 155 personnes, ce qui ferait de ce naufrage le pire drame de l'immigration des dernières années.

Le Premier ministre italien Enrico Letta a demandé à l'Union européenne "d'accroître son niveau d'intervention" alors que l'Italie a connu un afflux de 30.000 migrants et réfugiés sur ses côtes depuis le début de l'année.

Le ministre italien de l'Intérieur Angelino Alfano a, lui, appelé à changer les règles européennes qui "font trop peser sur les pays d'entrée le fardeau de l'immigration clandestine" et à surveiller davantage les côtes de Tunisie et de Libye d'où partent les clandestins.

En savoir plus sur:

Nos partenaires